Grosse commande pour Lion Électrique

Lion Électrique a levé près d’un demi-milliard $US en faisant son entrée à la Bourse de Toronto et à Wall Street le 7 mai. Elle compte désormais 650 employés.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Lion Électrique a levé près d’un demi-milliard $US en faisant son entrée à la Bourse de Toronto et à Wall Street le 7 mai. Elle compte désormais 650 employés.

Lion Électrique presse sur l’accélérateur de sa croissance et gonfle son carnet de commandes avec la vente de 260 autobus à l’important fournisseur de transport scolaire First Student.

Il s’agit de la plus importante commande d’autobus scolaires provenant d’un seul client, a annoncé le fabricant de Saint-Jérôme lundi, en dévoilant ses résultats du premier trimestre, clos le 31 mars 2021.

En vertu de l’entente conclue vendredi, les livraisons débuteront dès l’automne et se poursuivront jusqu’à environ juin 2023. Ces autobus entièrement électriques rouleront au Québec, et principalement à Montréal. Ils seront exploités par Transco, la filiale québécoise de First Student. La valeur de cette commande n’a pas été dévoilée.

Le carnet de commandes de Lion Électrique passe ainsi à 608 autobus et 209 camions, pour un total de 817 véhicules. La valeur totale des contrats est estimée à plus de 225 millions de dollars américains. La plupart des commandes devraient être livrées au cours des 12 prochains mois.

Au cours du premier trimestre de l’exercice 2021, Lion Électrique a déclaré une perte nette de 16,1 millions, ou 15 ¢ américains par action. L’entreprise a toutefois multiplié par cinq son chiffre d’affaires, le faisant passer à 6,2 millions, en hausse de 1,2 million par rapport au premier trimestre de l’exercice 2020. Durant le trimestre, Lion a livré 24 véhicules, par rapport à deux durant la même période en 2020.

L’entreprise a levé près d’un demi-milliard $US en faisant son entrée à la Bourse de Toronto et à Wall Street le 7 mai. Elle compte désormais 650 employés.

Croissance rapide

Les ventes de véhicules électriques sont vouées à croître rapidement puisque les gouvernements s’attaquent au défi climatique. Le président américain, Joe Biden, prévoit dans son plan climatique d’électrifier au moins 20 % des autobus scolaires des États-Unis et de créer un réseau de 500 000 stations de recharge d’ici 2030.

Au Québec, le gouvernement a annoncé le mois dernier qu’il rendra obligatoire le remplacement des autobus scolaires en fin de vie par des véhicules électriques. L’objectif à long terme est d’avoir 65 % des quelque 10 650 autobus de la flotte de transport scolaire électrifiés d’ici 2030, comparativement à 1 % présentement.

« Nous sommes en négociation avec plusieurs flottes majeures partout aux États-Unis et au Canada, a indiqué Marc Bédard, le président-fondateur de Lion Électrique lors d’une première conférence téléphonique avec des analystes. Je dirais que tout le marché se tourne vers l’électrique. »

La compagnie a annoncé dans les derniers jours la construction d’une usine américaine à Joliet, en banlieue de Chicago, en Illinois, qui aura une capacité de production annuelle de 20 000 véhicules électriques. Lion Électrique dispose présentement d’une usine à Saint-Jérôme, qui a la capacité de produire 2500 véhicules par an.

L’entreprise projette d’offrir dix modèles de véhicules d’ici la fin de l’année, dont différents types d’autobus, un minibus, un semi-remorque, un camion à ordures ou à recyclage, un camion réfrigéré, une nacelle et même une ambulance électrique.

À voir en vidéo