L'action de Nortel plonge de 15 %

Toronto — L'action de Nortel Networks a poursuivi son parcours en montagnes russes hier, cédant cette fois 15 %, alors que les investisseurs ont vivement réagi aux plus récents propos du chef de la direction à l'effet que l'entreprise n'atteindra pas ses objectifs pour les coûts d'exploitation. Le cours de l'action de Nortel à la Bourse de Toronto a clôturé en baisse de 85 ¢, à 4,55 $.

«À mesure que l'exercice 2004 progresse et compte tenu du travail accompli jusqu'à maintenant sur le plan de nos résultats financiers, il est évident que notre modèle d'entreprise ne nous permet pas d'atteindre les objectifs en matière de coûts d'exploitation», a déclaré le p.-d.g., Bill Owens, dans le cadre de la mise au point bimensuelle que lui impose la Commission des valeurs mobilières de l'Ontario (CVMO).

La direction de Nortel devra ainsi faire le point sur ses activités jusqu'à ce qu'elle ait rendu publics ses résultats trimestriels, pour lesquels elle a depuis longtemps dépassé les délais réglementaires. M. Owens a de nouveau affirmé hier que les résultats pour les deux premiers trimestres 2004 devraient être prêts d'ici la mi-août.

À défaut de résultats, les analystes et investisseurs doivent s'en remettre aux quelques commentaires de M. Owens, dont chaque mot peut déclencher un fort mouvement boursier. Il y a deux semaines, l'action de Nortel avait bondi de plus de 13 % après que le p.-d.g. eut déclaré que l'entreprise allait mettre l'accent sur le contrôle des coûts, déclenchant ainsi des rumeurs de suppressions d'emplois et de vente d'actifs. «Nous avons terriblement besoin de chiffres, plutôt que d'être bombardés de commentaires qui nous viennent de la haute direction», a déclaré Ross Healy, président de la firme Strategic Analysis.

Selon M. Healy, les propos de M. Owens visent peut-être à réduire les attentes des marchés financiers. «Nous tentons tous de deviner ce qui se passe parce que nous n'avons pu analyser les résultats des trois derniers trimestres, a-t-il ajouté. En fait, nous ne savons pas où ils en sont dans leurs efforts pour renouer avec la rentabilité.»

Un autre analyste a pour sa part souligné que la direction de Nortel s'est cette fois montrée plus précise dans ses commentaires. «La direction n'avait encore jamais formellement annoncé un possible écart par rapport à ses objectifs pour le bénéfice d'exploitation», a indiqué Steve Levy, de la firme Lehman Brothers.

Sur une note plus positive, M. Levy a noté que M. Owens a de nouveau affirmé que les revenus de Nortel pour l'exercice 2004 devraient croître plus rapidement que ceux de l'ensemble de l'industrie.

Nortel avait annoncé en janvier dernier, dans des résultats préliminaires, que son exercice 2003 s'était soldé par un bénéfice net de 732 millions $US. Cette annonce d'un premier bénéfice net annuel depuis 1997 pour Nortel avait propulsé le cours de l'action jusqu'à un sommet de 11,94 $.

Puis, à la fin du mois d'avril, Nortel annonçait, en plus du limogeage de son p.-d.g. Frank Dunn, que son bénéfice net pour 2003 serait réduit de moitié à la lumière d'un réexamen des résultats qui n'est toujours pas complété.

La comptabilité de l'entreprise fait présentement l'objet d'enquêtes de la part des autorités réglementaires américaines et canadiennes. Des actionnaires mécontents ont de plus intenté une dizaine de recours collectifs contre Nortel. Le bureau du procureur général des États-Unis à Dallas a également institué une enquête criminelle.