Les énergies renouvelables ont le vent dans les voiles

Le solaire va continuer « de battre des records », avec des capacités supplémentaires atteignant plus de 160 GW d’ici 2022, avance l’Agence internationale de l’énergie, dans un rapport dévoilé mardi. Sur la photo, une vaste installation de panneaux solaires, dans le centre de la Chine, en 2019.
Photo: Sam Mcneil Associated Press Le solaire va continuer « de battre des records », avec des capacités supplémentaires atteignant plus de 160 GW d’ici 2022, avance l’Agence internationale de l’énergie, dans un rapport dévoilé mardi. Sur la photo, une vaste installation de panneaux solaires, dans le centre de la Chine, en 2019.

Les énergies renouvelables ont connu l’an dernier une croissance inédite en vingt ans, portée par la Chine et le secteur mondial de l’éolien, selon un rapport de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) dévoilé mardi.

« L’an passé, la hausse des capacités renouvelables a représenté 90 % de la croissance mondiale du secteur de la production d’énergie », a souligné le directeur général de l’AIE, Fatih Birol, par voie de communiqué.

Environ 280 gigawatts (GW) de capacités supplémentaires de production d’énergie renouvelable ont vu le jour en 2020, constate l’agence dans son rapport. Il s’agit d’un bond de 45 % par rapport aux nouveaux ajouts comptabilisés en 2019, l’équivalent de la capacité totale des 10 pays réunis au sein de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN). Cette hausse annuelle, la plus forte depuis 1999, s’explique par l’augmentation de 114 GW des capacités dans l’éolien — soit tout près du double comparativement à celle de 2019 (+90 %) — et par les avancées de la Chine. Le pays a compté l’an dernier pour la moitié de la croissance des capacités renouvelables dans le monde, à la suite d’une ruée pour terminer des projets avant la fin prévue de subventions publiques.

À l’avenir

Selon l’AIE, le rythme de croissance enregistré en 2020 « est appelé à devenir la “nouvelle norme”, avec environ 270 GW de capacité renouvelable en voie d’être ajoutée en 2021 et près de 280 GW en 2022 ». Et ce, « malgré un ralentissement en Chine », relève-t-on.

280 gigawatts
Il s’agit des capacités supplémentaires de production d’énergie renouvelable qui ont vu le jour dans le monde en 2020.

La croissance de l’éolien devrait toutefois ralentir légèrement en 2021 et 2022, avertit l’agence. Le solaire va toutefois continuer pour sa part « de battre des records », avec des capacités supplémentaires atteignant plus de 160 GW d’ici 2022, confortant sa position de « nouveau roi » des marchés mondiaux de l’électricité.

Dans son communiqué, Fatih Birol a encouragé les gouvernements à poursuivre cette « dynamique encourageante ». « Un développement massif de l’électricité propre est essentiel pour donner au monde une chance d’atteindre ses objectifs de zéro [émissions de CO2] net », a-t-il fait valoir.

Car malgré les chiffres encourageants dévoilés mardi, l’AIE prévoit tout de même une hausse des émissions de CO2 en 2021, en raison « d’une progression parallèle du recours au charbon ».

Par ailleurs, la résurgence de la pandémie de COVID-19 crée une incertitude pour 2021 en Inde, estime l’agence, tandis qu’aux États-Unis, la croissance des capacités renouvelables pourrait s’accélérer si le gigantesque plan d’investissements dans les infrastructures du président Joe Biden se concrétisait.

Mégaprojet éolien au large des États-Unis

Le gouvernement américain a donné son feu vert mardi à un mégaprojet d’éoliennes en pleine mer dans l’Atlantique, symbole de la volonté de Joe Biden de développer le secteur des énergies vertes pour lutter contre la crise climatique.

 

Le projet, baptisé « Vineyard Wind », prévoit la construction de jusqu’à 84 turbines, qui doivent générer 800 mégawatts (MW) et fournir de l’électricité à 400 000 foyers et commerces, tout en créant 3600 emplois, selon un communiqué de la secrétaire à l’Intérieur, Deb Haaland. Il fait partie d’un grand plan d’investissements pour développer l’éolien offshore, visant à générer 30 gigawatts d’énergie, assez pour fournir 10 millions de foyers aux États-Unis, d’ici 2030. Le gouvernement prévoit de dépenser plus de 12 milliards de dollars par an sur les côtes atlantique et pacifique, et ainsi créer des dizaines de milliers d’emplois.

 

Le champ sera installé au large de l’État du Massachusetts, sur la côte nord-est, une vingtaine de kilomètres au sud des îles de Martha’s Vineyard et Nantucket, célèbres lieux de villégiature pour les plus fortunés. Ce feu vert « n’est pas le début d’un projet unique, c’est le lancement d’une nouvelle industrie », a salué dans un communiqué séparé le patron de Vineyard Wind, Lars Pedersen, qui prévoit un début d’activité en 2023.



À voir en vidéo