Les conjectures sur Ioukos sont relancées

Moscou — Un proche du président russe Vladimir Poutine, Igor Setchine, a été désigné hier à la tête de la société pétrolière publique Rosneft, relançant les conjectures sur le sort du numéro un du secteur, le groupe privé Ioukos, et son éventuelle reprise par Rosneft.

M. Setchine, 43 ans, a été «élu» président du conseil d'administration de Rosneft, a annoncé dans un communiqué la septième compagnie pétrolière russe, la seule importante appartenant à l'État.

Réputé avoir travaillé comme M. Poutine dans les services secrets, Igor Setchine est actuellement directeur adjoint de l'administration présidentielle, avec rang de conseiller. Il a travaillé pour M. Poutine à Saint-Pétersbourg dans les années 1990, avant de le suivre à Moscou. Ce personnage secret, diplômé de langue portugaise, n'a a priori aucune expérience du milieu pétrolier. Mais il est considéré comme l'un des principaux inspirateurs de l'offensive judiciaire lancée contre Ioukos et son principal propriétaire, Mikhaïl Khodorkovski, dont le procès est actuellement en cours.

L'arrivée de M. Setchine à la tête de Rosneft a relancé les spéculations sur l'avenir de Ioukos. Le groupe privé est menacé de faillite et le ministère de la Justice a annoncé que sa principale unité de production, Iouganskneftegaz, allait être estimée pour ensuite être vendue.

«Je suis absolument sûr que Rosneft est en lice pour acquérir les actifs de Ioukos», a affirmé Stephen O'Sullivan, analyste de la société d'investissements UFG.

Rosneft a été citée par les analystes comme l'une des principales prétendantes potentielles au rachat de Iouganskneftegaz, avec le géant gazier russe Gazprom et la société pétrolière privée Sourgoutneftegaz. L'acquisition de Iougansk par Rosneft permettrait de créer une grande compagnie pétrolière contrôlée par l'État, une option que défendent nombre de proches de Vladimir Poutine.

«Sourgoutneftegaz est fidèle au pouvoir, mais ce n'est pas une compagnie publique», souligne M. O'Sullivan. «Si on y ajoute Iougansk, Rosneft produira 1,4 million de barils par jour. Ce ne serait pas la première compagnie russe, mais une grosse compagnie totalement contrôlée par l'État.» Ioukos, actuellement numéro un du secteur, produit 1,7 million de barils de brut par jour, dont un million extraits par Iouganskneftegaz.

Mais l'intensité de la campagne lancée depuis un an contre le groupe privé — à qui le fisc réclame des milliards de dollars américains d'arriérés d'impôts — est telle que rares sont les investisseurs qui croient encore aux chances de Ioukos de sauver ses actifs.

L'action Ioukos ne cesse de s'effondrer à la Bourse de Moscou. La société de Mikhaïl Khodorkovski, dont la capitalisation boursière s'élevait l'an dernier à plus de 31 milliards $US, vaut aujourd'hui moins de huit milliards.