La vaccination en entreprise est ouverte au Québec

L’entreprise de technologies de simulation CAE a aménagé un centre de vaccination de plus de 1000 m2 (12 000 pi2), dans son siège social, à Montréal, qui permettra de vacciner jusqu’à 1000 personnes par jour. 
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne L’entreprise de technologies de simulation CAE a aménagé un centre de vaccination de plus de 1000 m2 (12 000 pi2), dans son siège social, à Montréal, qui permettra de vacciner jusqu’à 1000 personnes par jour. 

La vaccination en entreprise s’est ouverte lundi au Québec avec les premières injections chez CAE. L’entreprise montréalaise a dépensé quelques millions de dollars pour aménager un centre de vaccination de plus de 1000 m2 (12 000 pi2) qui permettra de vacciner jusqu’à 1000 personnes par jour.

« L’intérêt du secteur privé, c’est d’aller plus vite, c’est de gagner un mois, trois semaines, deux semaines, une semaine… Tout ce qu’on peut gagner en rapidité pour vacciner les gens, pour arriver à une immunité collective va nous permettre de relancer notre économie », a expliqué la vice-présidente principale aux affaires publiques de CAE, Hélène Gagnon.

L’idée de faire en sorte que l’on puisse peut-être enfin mettre un terme à la pandémie de COVID-19 y est également pour quelque chose. « Notre intérêt aussi, c’est d’engager nos employés et de sentir qu’on fait quelque chose dans la situation, a-t-elle ajouté. Ce n’est facile pour personne présentement. On se sent un peu impuissants avec tout qui se passe à cause de la COVID. »

Une vingtaine de sites

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, avait déjà annoncé il y a environ deux semaines treize sites de vaccination en entreprise, dont faisait partie CAE. D’autres grands membres de Québec inc. sont également sur la liste, comme Couche-Tard, Cascades et Produits forestiers Résolu. Ils doivent commencer à vacciner la semaine prochaine.

Dix autres sites de vaccination mis sur pied par le secteur privé se sont ajoutés lundi. Airbus, Rio Tinto Fer et Titane, ArcelorMittal, Biscuits Leclerc, Saputo et TC Transcontinental en font partie. Le ministère de la Santé (MSSS) précise que ces entreprises ont été choisies parce qu’elles avaient la capacité de mettre sur pied un centre de vaccination massive, ayant du personnel médical à leur disposition et suffisamment d’espace pour le faire.

Tout ce qu’on peut gagner en rapidité pour vacciner les gens, pour arriver à une immunité collective va nous permettre de relancer notre économie

« Le privé se mobilise pour participer à l’effort de vaccination et appuyer le réseau », s’est réjoui le ministre de la Santé, Christian Dubé, sur Twitter. L’objectif du gouvernement est de vacciner 500 000 personnes en tout : les employés de ces entreprises et des entreprises partenaires qui se sont greffées à leur centre de vaccination, les employés des entreprises à proximité et leurs familles respectives. La population générale pourra également s’y faire vacciner, précise le communiqué du gouvernement. L’effort doit durer de mai à août.

« On respecte totalement l’ordre de priorité établi par la Santé publique, que ce soit nous ou toutes les entreprises qui participent à l’effort de vaccination, a précisé Mme Gagnon. Il n’est pas question d’aller plus vite que les plages horaires qui sont permises en fonction des groupes d’âge ou des groupes priorisés. Par exemple, cette semaine on nous a octroyé des doses de AstraZeneca, donc on est en mesure d’ouvrir aux 45 ans et plus. »

Le centre de vaccination de CAE est en mesure de recevoir tout type de vaccin même, celui de Pfizer-BioNTech qui nécessite un entreposage à des températures entre -80 et -60 degrés Celsius. L’entreprise est jumelée au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Nord-de-l’Île-de-Montréal, qui s’assure que le protocole est suivi. L’entreprise espère pouvoir vacciner sept jours sur sept. Elle aura besoin de 120 employés médicaux et administratifs pour y parvenir.

Projet-pilote

Cet effort de vaccination en entreprise est différent de celui effectué dans la région de Chaudière-Appalaches. Des équipes mobiles du CISSS se sont déplacées la semaine dernière dans certaines usines pour injecter une dose d’AstraZeneca aux employés de 45 ans et plus. Ce projet-pilote ponctuel a été déployé vu le nombre de cas élevé de COVID-19 dans la région et la disponibilité du vaccin, selon le MSSS. D’autres cliniques mobiles de ce genre pourraient voir le jour dans d’autres régions au besoin.

À voir en vidéo