La descente du bitcoin

Dans les dernières semaines, le bitcoin et les autres cryptomonnaies s’étaient emballés en vue de l’entrée en Bourse de la plateforme Coinbase. Mais depuis son sommet historique de la mi-avril à 65 000 dollars, la valeur du bitcoin a fondu de presque 25 %.
Photo: Andrew Vaughan La Presse canadienne Dans les dernières semaines, le bitcoin et les autres cryptomonnaies s’étaient emballés en vue de l’entrée en Bourse de la plateforme Coinbase. Mais depuis son sommet historique de la mi-avril à 65 000 dollars, la valeur du bitcoin a fondu de presque 25 %.

Le bitcoin a connu une semaine difficile, subissant de lourdes pertes. Le prix de la cryptomonnaie est temporairement retombé sous la barre des 50 000 dollars américains vendredi. L’une des raisons possibles de cette baisse ? Les rumeurs entourant le plan de taxation du gouvernement Biden qui viserait à augmenter les impôts sur le gain en capital, et qui pourrait ainsi freiner les investissements — notamment dans les actifs numériques.

Dans les dernières semaines, le bitcoin et les autres cryptomonnaies s’étaient emballés en vue de l’entrée en Bourse de la plateforme Coinbase. Mais depuis son sommet historique de la mi-avril à 65 000 dollars, la valeur du bitcoin a fondu de presque 25 %. Et les autres cryptomonnaies ont été entraînées dans la glissade cette semaine. Vendredi, la capitalisation boursière mondiale de ce marché s’établissait à environ 1874 milliards $ US, en baisse de 3,54 % par rapport à la veille, selon le site spécialisé Coinmarketcap.

 

Mais il n’y a pas que le bitcoin qui a connu des turbulences cette semaine. Jeudi, le Dow Jones, le NASDAQ et le S&P 500 accusaient un repli à cause des rumeurs sur une possible hausse de l’impôt sur les transactions financières, avant de finalement rebondir vendredi.

Un actif volatil

Martin Lalonde, président de Rivemont, un des rares gestionnaires canadiens à proposer un fonds d’investissement composé de bitcoins et d’éthereum, croit pour sa part que l’on « dramatise beaucoup » la chute du prix du bitcoin dans les derniers jours.

« Un actif comme le bitcoin, c’est très volatil, note-t-il. Ça veut dire qu’il y a des baisses, comme on l’a vu dans le passé et comme on le voit actuellement. Passer de 65 000 $ à 50 000 $, c’est un mouvement normal pour le bitcoin », croit l’investisseur.

De l’avis de M. Lalonde, il est « beaucoup trop tôt » pour affirmer que les cryptomonnaies sont en période de correction. « Il n’y a pas de signes présentement qui laisseraient penser que c’est le début de la fin. Je crois que le bitcoin a de belles années devant lui », estime-t-il.

Jean-Paul Giacometti, gestionnaire de portefeuille et vice-président de Claret, ne s’étonne pas non plus des fluctuations du prix de la cryptomonnaie : « Le bitcoin bouge parfois de 10 ou 15 %, des fois en quelques jours, dans un sens comme dans l’autre. »

La vraie question à se poser est de savoir si l’avenir repose sur la monnaie virtuelle, croit M. Giacometti. « Et à cela, je dirais oui, ajoute-t-il. C’est un peu comme dans les années 2000, on savait que l’Internet serait révolutionnaire. Mais on ne savait pas précisément comment ça se concrétiserait, quelle compagnie en profiterait, etc. C’est la même chose en ce moment avec les cryptomonnaies. Je ne parierais pas nécessairement sur le bitcoin, mais il y a de l’avenir dans ce secteur. »

Il n’y a pas de signes présente-ment qui laisseraient penser que c’est le début de la fin. Je crois que le bitcoin a de belles années devant lui.

 

Cumul de records pour le bitcoin

Malgré les reculs essuyés par le bitcoin dans la dernière semaine, il n’en demeure pas moins que la valeur de la cryptomonnaie a enregistré une croissance fulgurante au cours des derniers mois. Sa valeur a bondi de plus de 70 % depuis le début de l’année 2021, et de plus de 500 % depuis l’année dernière à pareille date.

La cryptomonnaie a aussi su capter l’attention de plusieurs grandes sociétés de Wall Street, de JP Morgan à BlackRock, et de plusieurs entreprises comme la californienne Square ou le service de paiement en ligne PayPal. En début d’année, l’entreprise Tesla avait quant à elle investit 1,5 milliard de dollars de sa trésorerie dans le bitcoin, en plus d’annoncer la prise en charge de la cryptomonnaie comme mode de paiement pour l’achat de ses véhicules électriques.

Si l’industrie de la finance, longtemps critique des cryptomonnaies, semble de plus en plus conquise, les régulateurs des marchés rappellent toutefois régulièrement les risques associés à ces actifs décentralisés et particulièrement volatils.

Avec l’Agence France-Presse

À voir en vidéo