Cogeco se dit «satisfaite» de la décision du CRTC

La décision du CRTC permettra aux acteurs régionaux du secteur sans fil d’obtenir un accès aux réseaux des grands fournisseurs.
Photo: Getty Images La décision du CRTC permettra aux acteurs régionaux du secteur sans fil d’obtenir un accès aux réseaux des grands fournisseurs.

Cogeco Communications s’est dite satisfaite de la décision rendue jeudi par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), qui permettra aux acteurs régionaux du secteur sans fil d’obtenir un accès aux réseaux des grands fournisseurs.

L’entreprise montréalaise estime que la décision de l’organisme réglementaire « est un pas important » vers une approche réglementaire « équilibrée » qui accroît la concurrence dans le secteur sans fil tout en assurant des investissements continus dans les réseaux.

Cogeco estime que le nouveau cadre lui procure « plus de clarté » pour le développement de ses plans visant à offrir des services sans fil mobiles « en faisant preuve de discipline financière ». La société n’a pas voulu en dire plus à ce sujet, évoquant « les règles de la prochaine enchère de licences de spectre dans la bande de 3500 MHz », qui se déroulera en juin.

« Une occasion ratée »

De son côté, le fournisseur indépendant de services de télécommunications Distributel Communications a vu dans la décision du CRTC une « occasion ratée d’introduire un vrai changement ».

La décision du CRTC réglemente l’accès au marché de gros uniquement pour les fournisseurs régionaux qui possèdent déjà leurs propres installations et le spectre sans fil, mais les grands fournisseurs ne sont pas tenus de procurer un accès à leur réseau aux fournisseurs indépendants.

Distributel espérait que le CRTC rende obligatoire un modèle complet d’« opérateur de téléphonie mobile sans réseau » (MVNO), qui aurait vu les fournisseurs indépendants acheter les services sans fil de gros aux grands télécommunicateurs à un tarif réglementé.

Selon Distributel, cela aurait permis aux fournisseurs indépendants comme lui de concevoir leurs propres structures tarifaires et des offres de produits en conséquence, créant une concurrence accrue qui aurait pu mener à l’apparition de nouveaux produits et services et faire baisser les prix pour les consommateurs canadiens.

À voir en vidéo