Le Fonds FTQ entre chez Gaz Métro

Le Fonds de solidarité des travailleurs de la FTQ procède au plus important investissement de son histoire et verse 150 millions de dollars afin d'entrer dans le consortium Infragaz, qui a essentiellement pris les commandes de Gaz Métro il y a trois semaines.

Infragaz est un groupe d'investisseurs dirigé par la Caisse de dépôt et placement qui a acquis en juin la participation de 50,38 % que possédait Hydro-Québec dans Noverco, elle-même propriétaire de 74,7 % de la société en commandite Gaz Métro.

Le producteur hydro-électrique avait alors expliqué que le moment était idéal pour vendre sa participation, car les cours du gaz naturel sont à la hausse et qu'il avait eu le temps de rentabiliser son investissement depuis 1997. En effet, le jeu en valait la chandelle: l'ayant achetée pour 482 millions, la société d'État l'a revendue pour 900 millions.

La Caisse respecte la loi

La participation dans Infragaz qu'a acquise le Fonds auprès de la Caisse est de 16,67 %.

Le porte-parole du Fonds de la FTQ, Pierre Leduc, a expliqué que l'acquisition se négociait depuis avril, mais qu'elle n'était tout simplement pas bouclée au moment où la transaction a été annoncée, le 30 juin. «C'est le plus gros investissement de notre histoire», a-t-il indiqué au Devoir.

La participation de la Caisse dans Infragaz tombe ainsi de 69,44 % à 52,78 %. Par conséquent, sa participation dans Noverco passe donc d'environ 34 % à 26 %, a dit sa porte-parole, Isabelle Tremblay. Cela lui permet de respecter la loi qui l'empêche de détenir plus de 30 % d'une entreprise, bien qu'elle puisse avoir droit à des exceptions pendant un certain temps.

La participation des autres partenaires d'Infragaz ne bouge pas. Il s'agit de la firme d'ingénierie SNC-Lavalin (11,11 %), de deux entités de la British Columbia Investment Management Corporation, un gestionnaire de fonds de retraite (11,11 %), et du Régime des rentes du Mouvement Desjardins (8,33 %).

Très rentable

Gaz Métro est le troisième distributeur de gaz naturel au Canada. Il compte 150 000 clients au Québec, où il distribue 97 % du gaz total consommé. Au Vermont, il dessert 35 000 clients et n'a carrément aucune concurrence.

Ses activités sont très rentables, notamment parce que les cours du gaz naturel, à l'instar des prix de l'énergie dans leur ensemble, ont plus que doublé ces dernières années. Il a réalisé des profits de 107 millions au cours du seul deuxième trimestre, en hausse de 6,8 % comparativement à la période correspondante en 2003. Sur un an, ses revenus touchent environ 1,3 milliard.

La FTQ dit d'ailleurs représenter 500 de ses 1300 employés.

Noverco contrôle non seulement 74,7 % de Gaz Métro, mais aussi près de 10 % d'Enbridge, qui distribue du gaz naturel à quelque 1,7 million d'abonnés en Ontario, au Québec et dans l'État de New York. L'autre tranche de 25,3 % dans Gaz Métro est répartie dans le grand public.

Noverco est contrôlé à 50,48 % par Capital Infragaz, à 32 % par Enbridge et à 17,6 % par Gaz de France.

Il n'a pas été possible dans l'immédiat de savoir quel était jusqu'à maintenant le plus important investissement de l'histoire du Fonds de la FTQ.