Les profits et les revenus en hausse pour la SAQ

Si les consommateurs se sont présentés moins souvent en succursales au plus récent trimestre, la valeur de leur panier d’achats moyen a grimpé à 78,24$ par rapport à 54,25$ un an plus tôt, soit une augmentation de 44%.
Photo: Olivier Zuida Le Devoir Si les consommateurs se sont présentés moins souvent en succursales au plus récent trimestre, la valeur de leur panier d’achats moyen a grimpé à 78,24$ par rapport à 54,25$ un an plus tôt, soit une augmentation de 44%.

La Société des alcools du Québec (SAQ) a affiché mardi un résultat net en hausse de 2,4 % pour son troisième trimestre, tandis que ses revenus ont augmenté de 3,9 % par rapport à la même période l’an dernier.

Le résultat net de la SAQ a atteint 458,6 millions pour le trimestre clos le 2 janvier, alors qu’il était de 448 millions au troisième trimestre précédent, soit avant le début de la pandémie. Les ventes trimestrielles se sont chiffrées à 1,27 milliard, en comparaison de 1,22 milliard un an plus tôt.

L’interruption des activités des restaurants et des bars attribuable à la pandémie de COVID-19 a continué de déplacer les ventes auprès des titulaires de permis vers le réseau des succursales de la SAQ, des agences et des épiciers, a expliqué la SAQ.

Ainsi, la proportion des ventes réalisées dans les succursales par les consommateurs a grimpé à 82,3 %, par rapport à 74,9 % un an plus tôt, tandis que celle des ventes des titulaires de permis a chuté à 1,8 %, en comparaison de 11,4 % au troisième trimestre précédent. Exprimées en dollars, les ventes auprès des consommateurs ont grimpé de 128,7 millions, tandis que celles auprès des titulaires de permis ont diminué de 115,5 millions.

458,6 millions
Il s’agit du résultat net de la SAQ pour le trimestre clos le 2 janvier, comparativement à 448 millions au troisième trimestre précédent.

La proportion des ventes réalisées par les grossistes-épiciers a grimpé à 11,8 %, contre 10,1 % un an plus tôt.

Les charges nettes de la société d’État ont augmenté à 176,8 millions au plus récent trimestre, ce qui représentait une croissance de 10,4 millions, ou 6,3 %, par rapport à la même période un an plus tôt. Cette progression comprenait 5,8 millions en coûts directement attribuables à la pandémie, dont notamment des charges pour assurer la santé et la sécurité des employés et des clients.

Si les consommateurs se sont présentés moins souvent en succursales au plus récent trimestre — l’achalandage a diminué de 22,4 % sur un an —, la valeur de leur panier d’achats moyen a grimpé à 78,24 $ par rapport à 54,25 $ un an plus tôt, soit une augmentation de 44 %.

Autre effet de la pandémie : les ventes en ligne ont augmenté de 125,8 % au troisième trimestre comparativement à l’exercice précédent, totalisant 3,6 % des ventes effectuées auprès des consommateurs. Les transactions et le nombre de bouteilles vendues en ligne ont plus que doublé pendant cette même période.

 

À voir en vidéo