Un autre commerce du Mile End ferme ses portes en raison de l’explosion de son loyer

Le Arts Café est contraint de fermer ses portes, ses propriétaires dénonçant une hausse de loyer de 40%.
Photo: Kobsupang R. / Yelp Le Arts Café est contraint de fermer ses portes, ses propriétaires dénonçant une hausse de loyer de 40%.

Un autre commerce du Mile End est contraint de fermer ses portes, ses propriétaires dénonçant une hausse de loyer de 40 %. Il s’agit du Arts Café, présent sur l’avenue Fairmount Ouest depuis de nombreuses années.

« On est dans nos derniers jours de déménagement. Il y a plein de clients qui viennent nous voir, qui essaient de nous trouver d’autres locaux. On va essayer de se relocaliser dans le quartier, a indiqué vendredi la copropriétaire, Diane Leclair. En attendant, on a loué un entrepôt pour mettre nos choses. »

Pour Mme Leclair et son fils, qui ont acheté le commerce il y a huit ans, c’est un « gros choc » d’avoir reçu au début mars une lettre d’avocat les sommant de quitter les lieux au plus tard le 31 mars, eux qui ont « beaucoup investi financièrement et émotivement » dans le café.

 
40
C’est le pourcentage de la hausse de loyer que le propriétaire de l’immeuble a demandée.

Elle affirme que le propriétaire de l’immeuble l’a avisée en décembre que son loyer allait passer de 2800 $ à 4000 $. Elle dit avoir négocié et accepté une petite baisse, mais avoir refusé une hausse annuelle de 7 % pour les années subséquentes. C’est alors qu’on lui aurait demandé de partir.

« Dans le contexte actuel des effets de la pandémie sur la restauration, c’est déjà difficile pour nous. […] Les gens venaient chez nous surtout pour des brunchs », a souligné Mme Leclair, dont le commerce était fermé depuis quelques mois. Elle voulait le rouvrir en février, mais ses plans ont été chamboulés par son désaccord avec le propriétaire.

Ce qui lui réchauffe le cœur, toutefois, c’est l’appui de nombreux résidents du quartier. Rappelons qu’il y a depuis quelques semaines une importante mobilisation pour la survie des commerçants du Mile-End.

Dans le contexte actuel des effets de la pandémie sur la restauration, c’est déjà difficile pour nous. […] Les gens venaient chez nous surtout pour des brunchs.

Celle-ci était née dans la foulée de l’annonce du départ de la librairie S.W. Welch en raison d’une forte augmentation de loyer. Le libraire a finalement réussi à s’entendre avec le propriétaire pour demeurer sur place encore deux ans. Dans les années précédentes, d’autres commerces comme le café artistique Le Cagibi et le restaurant Hôtel Herman ont dû fermer leurs portes pour des raisons similaires.

Dans le groupe Facebook Mile End Ensemble, de nombreux citoyens ont exprimé leur désarroi face à ce nouveau départ et leur volonté de venir en aide aux propriétaires du café.

Il n’a pas été possible vendredi de joindre le propriétaire de l’immeuble. Il s’agit d’un particulier et non d’une agence immobilière possédant plusieurs bâtiments dans le secteur, comme Shiller Lavy, qui a été vivement dénoncée par le mouvement citoyen récemment.

 

À voir en vidéo: