Amazon écrase toute concurrence au Québec

De plus en plus de cyberacheteurs sont séduits par Amazon Prime, un programme qui permet d’économiser notamment sur les frais de livraison.
Photo: Ina Fassbender Agence France-Presse De plus en plus de cyberacheteurs sont séduits par Amazon Prime, un programme qui permet d’économiser notamment sur les frais de livraison.

En 2020, année record pour les achats en ligne dans la province, Amazon trône au sommet des sites transactionnels préférés des Québécois. En effet, ils ont effectué 41 % de leurs cyberachats via ce géant américain, selon l’enquête NETendances 2020 intitulée Le commerce électronique au Québec publiée jeudi, réalisée par l’Académie de la transformation numérique (ATN).

Les auteurs du sondage ont demandé à 1600 adultes de toutes les régions du Québec de répondre à diverses questions au sujet de leur propre consommation sur le Web et les applications mobiles. Ceux qui ont effectué des achats en ligne ont répondu avoir réalisé, en moyenne, 25 % de leurs achats en ligne sur des sites transactionnels de marchands québécois.

« Ça veut dire qu’Amazon a une grosse longueur d’avance sur les marchands québécois et canadiens. On se rend compte que, malgré toute la publicité que les commerçants, ministères et organisations ont faite pour promouvoir l’achat en ligne québécois, malgré les bonnes intentions, on est loin d’un résultat concluant », a analysé Bruno Guglielminetti, porte-parole des enquêtes NETendances à l’ATN.

D’autre part, de plus en plus de cyberacheteurs sont séduits par Amazon Prime, un programme qui permet d’économiser notamment sur les frais de livraison. La proportion d’abonnés parmi les adultes québécois serait passée de 12 % en 2019 à 26 % en 2020. « Les gens paient pour ce service-là et ils savent qu’ils trouveront de tout, donc ils ont intérêt à commander en ligne avec Amazon. On voit qu’il y a une fidélité qui s’établit », a commenté M. Guglielminetti.

26%
C’était le pourcentage d’abonnés à Amazon Prime parmi les adultes Québécois en 2020, comparativement à 12 % en 2019.c

Par ailleurs, 44 % des cyberacheteurs ont jugé qu’il est difficile ou très difficile de déterminer quels sont les produits québécois lorsqu’ils magasinent en ligne, alors que 44 % trouvent que c’est facile ou très facile. « Il y a un travail de branding à faire pour les sites québécois, au-delà du Panier bleu. Si 44 % des clients potentiels disent que c’est difficile de savoir si un site est québécois, beaucoup de gens bien intentionnés passent à côté », a souligné le porte-parole.

Les aînés séduits

Les aînés du Québec sont de plus en plus adeptes de la vente en ligne. Le pourcentage des 65 ans et plus ayant fait des achats sur le Web ou par application mobile a bondi de 32 % entre 2019 et 2020. Dans la population québécoise en général, l’augmentation dans le nombre de cyberacheteurs a été de 15 %, atteignant 78 % de tous les citoyens. « [Les personnes aînées] ont eu à apprendre à faire du transactionnel en ligne, notamment pour leurs soins de santé, et ont découvert l’univers de la vente en ligne, a indiqué M. Guglielminetti. Ça amène dans le paysage numérique toute une clientèle qui avait été presque laissée de côté, les cybercommerçants se consacrant aux plus jeunes. On voit qu’ils ont intérêt à modifier leurs discours et offrir des services et des produits qui leur sont destinés. »

Ceux qui ont le plus dépensé en ligne seraient toutefois les personnes âgées de 35 à 44 ans. Sans surprise, 69 % des cyberacheteurs ont estimé que leur volume d’achats en ligne a augmenté depuis le début de la pandémie, il y a un an. Les chaussures, vêtements, bijoux et accessoires sont les produits qui ont été le plus achetés en ligne, alors que les produits de santé et de beauté, les livres, les revues et les journaux ont connu la plus forte progression.

À voir en vidéo