Les techniciens de Bell suspendent la menace de moyens de pression

Le syndicat qui représente les 7000 techniciens de Bell Canada a annoncé hier qu'il suspend la menace d'une grève qui devait être déclenchée aujourd'hui, afin de laisser le temps à ses membres de se prononcer sur la dernière offre patronale présentée mardi. Cette offre a été qualifiée de «finale» par la direction de Bell Canada.

Le Syndicat canadien des communications, de l'énergie et du papier (SCEP, affilié à la FTQ) a précisé hier que le processus de consultation des membres pourrait durer «plusieurs jours étant donné le nombre des techniciens et la distance entre les lieux de travail».

Dans l'intervalle, les dirigeants des sections locales de Bell au Québec et en Ontario se rencontreront aujourd'hui, à Toronto, afin d'analyser cette offre et prendre position.

Bell Canada n'a pas précisé la nature de son offre.

Elle a cependant réitéré qu'elle était «tout à fait préparée à une grève» et que plus de 4600 cadres assureraient les services, y compris l'installation et la réparation, dans l'éventualité d'un arrêt de travail des techniciens.