Une pénurie de vélos qui s’annonce pire que l’an dernier

Sans surprise, les pièces de vélos sont aussi très prisées. Chambres à air, chaînes, plaquettes de frein et pneus représenteront également un grand défi d’approvisionnement.
Photo: Guillaume Levasseur Le Devoir Sans surprise, les pièces de vélos sont aussi très prisées. Chambres à air, chaînes, plaquettes de frein et pneus représenteront également un grand défi d’approvisionnement.

La pandémie a une incidence énorme sur la chaîne d’approvisionnement des fabricants de vélos en tout genre. Résultat : la pénurie à prévoir cette année sera encore pire que celle de l’année dernière.

« Nos vélos 2021 sont déjà vendus à 90 % », lance Fabrice Boutin, le copropriétaire d’Atelier 1 Cycles et du café de Saint-Félicien, avec son frère Youri. « On en a commandé plus que l’an dernier, mais les quantités étaient limitées. On aurait pu en vendre deux fois plus. » Plusieurs vélos sont déjà vendus à l’avance, et les clients ont déjà commencé à commander des vélos à pneus surdimensionnés (fatbikes) pour l’hiver prochain, ajoute-t-il.

David Régnier-Bourque, directeur du développement des affaires chez Devinci, souligne que la situation est le résultat de l’arrêt causé par la pandémie au printemps 2020 et la progression de la popularité pour le vélo. « La pression est énorme sur la chaîne d’approvisionnement mondial, notamment sur la production et le transport en Asie », dit-il.

Pour un fabricant comme Devinci, la forte augmentation de la demande représente un « beau » problème. Les ventes sont en hausse, mais l’entreprise saguenéenne aurait pu en vendre deux ou trois fois plus cette année, remarque David Régnier-Bourque.

Nos vélos 2021 sont déjà vendus à 90%

 

« Plusieurs détaillants voulaient doubler les commandes, mais on doit rationner les quantités pour être équitable et maintenir notre réseau de distribution », ajoute-t-il. Alors qu’il est habituellement possible de réapprovisionner les détaillants pendant l’année, tous les vélos sont déjà vendus, cette année, malgré la croissance.

Étant donné les délais tout au long de la chaîne d’approvisionnement, la livraison des vélos est souvent retardée. « On aurait dû recevoir les vélos 2021 à l’automne 2020, mais on en attend encore plusieurs, et certains vélos arriveront juste à l’automne », explique Fabrice Boutin. Pour les clients touchés, la boutique de Saint-Félicien essaie de trouver des produits de remplacement, dit-il. Certains manufacturiers doivent même annuler la livraison de quelques vélos.

Pénurie de pièces aussi

Sans surprise, les pièces de vélos sont aussi très prisées. Chambres à air, chaînes,plaquettes de frein et pneus représenteront aussi un grand défi d’approvisionnement. « Toutes les pièces qu’on change souvent sont très demandées », note Fabrice Boutin. Les pièces qui sont déjà commandées seront reçues, parfois avec du retard, mais il sera difficile de commander à nouveau au cours de la saison, dit-il. Pour certaines pièces, il faudra attendre à octobre ou à novembre afin de refaire le plein.

Les délais d’approvisionnement pour certaines pièces sont passés de 60 jours à plus d’un an, souligne David Régnier-Bourque. « Même si on voulait doubler notre production, nos fournisseurs ne seraient pas en mesure de répondre à nos demandes », dit-il, précisant qu’il faut plus de 150 pièces pour monter un vélo.

Même si plusieurs cadres sont conçus à Saguenay, le manufacturier demeure dépendant des livraisons de ses fournisseurs. « C’est la pièce qui arrive en dernier qui dicte la date de production », ajoute le directeur. À l’heure actuelle, ce sont les selles de vélo qui limitent le plus la production, car très peu de compagnies en fabriquent.

À voir en vidéo