Wal-Mart tente d'entraver une syndicalisation en Saskatchewan

Saskatoon — Le géant du détail Wal-Mart a eu recours aux tribunaux pour contester l'autorité de la Commission des relations de travail de la Saskatchewan.

La contestation judiciaire fondée sur la Charte des droits et libertés a été entamée le 13 juillet devant la Cour du banc de la reine de cette province.

Cette contestation a eu pour effet de suspendre temporairement les auditions de la commission, qui ont débuté en mai, relativement à l'accréditation syndicale au magasin Wal-Mart à Weyburn,

Les auditions ont été enclenchées à la suite de la signature, par la majorité des employés, de demandes d'adhésion au Local 1400 des Travailleurs et travailleuses unis de l'alimentation et du commerce. «Comme si ce n'était pas assez que Wal-Mart ne respecte pas ses employés, maintenant l'entreprise a décidé de faire de même avec la Commission des relations de travail de la Saskatchewan», déplore le directeur national des TUAC Canada, Michael J. Fraser. Wal-Mart soutient que les pouvoirs de la Commission sont inconstitutionnels.

Selon la décision de la Cour du banc de la reine portant sur le magasin Wal-Mart de Weyburn, la Commission des relations de travail de la Saskatchewan prévoit poursuivre l'audition le 17 août.

Le syndicat espère que le processus d'accréditation pourra continuer à ce moment-là.

À Saguenay

Pendant ce temps au Québec, les démarches de syndicalisation d'un Wal-Mart par la FTQ à Saguenay ont repris.

Les salariés ont déposé une requête à cet égard à la Commission des relations du travail du Québec.

Le 2 avril dernier, un vote tenu au sein des employés du magasin avait conduit à un rejet de l'accréditation syndicale.