La spéculation vise maintenant l’argent

La Bourse de New York est repartie de l’avant lundi, après avoir été chahutée la semaine dernière par une fièvre spéculatrice et la fronde de petits porteurs, le marché ayant connu ses plus lourdes pertes hebdomadaires depuis octobre.
Photo: Timothy A. Clary Agence France-Presse La Bourse de New York est repartie de l’avant lundi, après avoir été chahutée la semaine dernière par une fièvre spéculatrice et la fronde de petits porteurs, le marché ayant connu ses plus lourdes pertes hebdomadaires depuis octobre.

La Bourse de New York est repartie de l’avant lundi, après avoir été chahutée la semaine dernière par une fièvre spéculatrice et la fronde de petits porteurs, le marché ayant connu ses plus lourdes pertes hebdomadaires depuis octobre.

L’indice des valeurs vedettes, le Dow Jones, est monté de 0,8 % à 30 211,91 points et l’indice élargi S&P 500 s’est apprécié de 1,6 % à 3773,86 points. Le NASDAQ, à forte coloration technologique, a progressé encore plus nettement, gagnant 2,6 % à 13 403,39 points. Les grands indices new-yorkais avaient tous chuté de plus de 3 % la semaine dernière.

L’indice composé S&P/TSX de la Bourse de Toronto a clôturé en hausse de 355,43 points, soit environ 2 %, pour terminer la journée avec 17 692,45 points.

Les milieux financiers sont d’ailleurs restés vigilants lundi aux mouvements de plusieurs actions ayant connu de brusques envolées la semaine dernière, dont l’entreprise de jeux vidéo GameStop.

Cette entreprise et plusieurs autres ont bénéficié du soutien massif d’investisseurs amateurs, résolus à lutter contre de grands fonds d’investissement ayant eux parié à la baisse sur ces groupes. L’action de GameStop s’est vivement repliée lundi, chutant de près de 31 %.

Mais l’attention des boursicoteurs semblait déjà s’être portée sur d’autres actifs, notamment l’argent, l’once du métal précieux ayant touché dans la journée son plus haut en huit ans.

« La crainte qui dominait le marché la semaine dernière s’est évaporée. La horde d’investisseurs particuliers qui s’est abattue récemment sur l’action GameStop a reporté son attention sur l’argent », observe David Madden, analyste chez CMC Markets.

« Les marchés sont en forme probablement parce qu’une hausse à un chiffre du cours de l’argent est moins risquée pour certains fonds spéculatifs qu’une liquidation forcée des positions courtes sur certaines actions », estime-t-il.

La saga GameStop continuait d’animer le marché américain : l’application de courtage en ligne Robinhood, sous les feux des projecteurs avec la frénésie spéculatrice autour d’actions comme GameStop, a confirmé lundi avoir levé un total de 3,4 milliards de dollars de fonds supplémentaires pour faire face à la demande.

Maintenant l’argent

Le cours de l’argent s’envolait lundi, dépassant brièvement les 30 dollars américains l’once pour la première fois depuis huit ans alors que des utilisateurs du forum Reddit WallStreetBets parient sur un bond des prix similaires à celui du titre GameStop. Depuis jeudi, l’argent a gagné 16,1 %.

La ruée vers l’argent a débuté après des messages sur le forum WallStreetBets. Cette communauté, qui atteint désormais plus de 7 millions d’inscrits, avait poussé à l’achat en masse de l’action de la chaîne de magasins de jeux vidéo GameStop pour s’opposer à des fonds d’investissement, entraînant des pertes pour les fonds d’investissement qui avaient au contraire parié sur son effondrement. Entre occasion financière et achat militant pour s’opposer aux fonds spéculatifs, ces particuliers ont mené une hausse du cours, qui s’est envolé de 1625 % depuis le début de l’année.

 
30 $
C’est, en dollars américains, le dépassement du cours de l’argent, lundi, pour la première fois depuis huit ans.

Alors que Wall Street est déstabilisée et que le débat politique fait rage sur ce duel entre petits investisseurs et fonds géants, des utilisateurs du forum cherchent désormais « le prochain GameStop », et certains ont vanté les mérites du métal gris.

« Il va être intéressant de voir jusqu’où les particuliers peuvent pousser le cours de l’argent », a commenté Hussein Sayed, analyste chez FXTM, qui note cependant que « la taille du marché de l’argent est d’environ 1500 milliards de dollars, plus difficile à faire bouger » que Gamestop.

Pour l’argent, « les particuliers essayent de tirer parti d’une particularité du marché des matières premières, soit son existence physique », explique Eugen Weinberg, analyste chez Commerzbank.

Il explique qu’« en achetant des fonds indiciels (ETF) basés sur l’argent », puisque leurs émetteurs doivent acheter des lingots ou des pièces, « on peut créer un déficit de l’offre ».

Mais sur WallStreetBets, les messages les plus populaires ces dernières heures soulignaient que parier sur une hausse de l’argent contribue à enrichir les banques et les fonds d’investissement.

« S’il n’y a pas unanimité, et que la dynamique haussière disparaît, c’est fini », souligne Ipek Ozkardeskaya, analyste chez SwissQuote Bank, qui estime donc que la division des utilisateurs de WallStreetBets pourrait coûter cher aux investisseurs. « Les flambées spéculatrices sont rémunératrices, mais dangereuses », résume-t-elle.

 

À voir en vidéo