Analyse: des petits investisseurs jouent à un jeu grisant, mais dangereux, en Bourse

Que l’un des enjeux de cet affrontement soit l’avenir plus qu’incertain d’une chaîne de magasins de jeux vidéo en difficulté (GameStop), vendant principalement ses produits dans des centres commerciaux, en pleine pandémie, semble secondaire.
Photo: Spencer Platt Getty Images via Agence France-Presse Que l’un des enjeux de cet affrontement soit l’avenir plus qu’incertain d’une chaîne de magasins de jeux vidéo en difficulté (GameStop), vendant principalement ses produits dans des centres commerciaux, en pleine pandémie, semble secondaire.

De tout temps, les marchés boursiers ont montré les limites du concept de « l’acteur économique rationnel ». La présumée revanche des petits investisseurs contre les loups de la finance ne fait pas exception.

L’action de la sensation de l’heure à Wall Street, la chaîne de jeux vidéo GameStop, a perdu presque la moitié de sa valeur en une seule journée, jeudi, clôturant la séance un peu en dessous de 200 $, soit toujours 50 fois plus que le niveau où elle végétait depuis des mois jusqu’à ce qu’elle décolle cet automne et parte en orbite il y a une dizaine de jours. D’autres titres qu’elle avait entraînés dans son sillage ont subi le même sort, la chaîne de cinémas AMC perdant près de 57 % et l’ancienne star technologique canadienne BlackBerry retraitant de 40 %.

Les millions de petits investisseurs qui étaient derrière leur flambée des derniers jours avaient toutefois déjà eu le temps de faire capoter les savantes stratégies de grands fonds spéculatifs qui avaient parié sur l’effondrement de ces actions, les forçant à trouver des milliards en catastrophe pour couvrir leurs pertes. Le temps dira combien de ces petits investisseurs se seront réellement enrichis dans cet épisode, mais il y avait cette semaine un sentiment de victoire de David contre Goliath sur leurs réseaux sociaux. « Dites aux loups de Wall Street qu’un pigeon de San Francisco va vous avoir », disait l’un d’eux mercredi dans le Wall Street Journal.

Attention, danger

Que l’un des enjeux de cet affrontement soit l’avenir plus qu’incertain d’une chaîne de magasins de jeux vidéo en difficulté (GameStop), vendant principalement ses produits dans des centres commerciaux, en pleine pandémie, semble secondaire. Il s’agit, dit-on, de donner une leçon aux spéculateurs qui vendent à l’avance des actions qu’ils n’ont pas encore, faisant le pari qu’ils pourront en acheter, le temps venu, pour bien moins cher (vente à découvert, ou short selling en anglais). Mais il s’agit aussi, et peut-être surtout, pour nos petits investisseurs, de faire beaucoup d’argent rapidement en faisant bondir la valeur des actions des compagnies visées au moment même où les spéculateurs ont finalement besoin de les acheter (short squeeze).

Toutes ces opérations, généralement perçues comme des mécanismes d’autorégulation des marchés, sauf lors de crises comme en 2008, étaient réservées aux grands investisseurs jusqu’à ce que des plateformes de courtage numériques permettent à des investisseurs amateurs d’acheter des actions, ou même des options d’achat, pour une fraction du prix. Les autorités de surveillance se demandent aujourd’hui si le fait de se passer le mot sur les réseaux sociaux ne constituerait pas une forme de manipulation proscrite des marchés. En attendant, plusieurs plateformes de courtage ont resserré leurs règles jeudi pour réduire les risques de spéculation sur les titres les plus chauds, contribuant tout de suite à la chute des cours.

Au Québec, l’Autorité des marchés financiers a mis jeudi en garde la population contre les « risques très élevés liés à toute forme de spéculation boursière, notamment encouragée au sein de certains forums sur Internet et les médias sociaux ». « La valeur en Bourse de certains titres d’entreprises a ainsi récemment explosé, sans aucune information crédible indiquant que ces entreprises pourraient devenir plus rentables, a écrit l’organisme dans un communiqué. L’engouement pour ces titres risque d’être de très courte durée et leur valeur pourrait retomber tout aussi rapidement. »

À voir en vidéo