Salon de l'aéronautique de Farnborough - Bombardier présente sa «CSeries»

Le ciel de la Grande-Bretagne est sillonné ces jours-ci par de nombreux appareils, militaires et civils, en démonstration au très couru Salon de l’aéronautique de Farnborough. Ici, un F-16 de Lockheed Martin.
Photo: Agence France-Presse (photo) Le ciel de la Grande-Bretagne est sillonné ces jours-ci par de nombreux appareils, militaires et civils, en démonstration au très couru Salon de l’aéronautique de Farnborough. Ici, un F-16 de Lockheed Martin.

Farnborough — La direction de Bombardier est vraisemblablement prête à se lancer dans la fabrication de réactés régionaux de 100 à 135 sièges. Les couleurs du nouvel appareil, blanc et noir, ont été dévoilées hier, tout comme son nom: la gamme «CSeries» pour «Continental, Concurrentiel, Connecteur».

Malgré ces révélations, Bombardier refuse encore de confirmer à 100 % qu'elle ira de l'avant avec la fabrication de ce réacté régional format géant.

Les intentions de Bombardier sont pourtant claires: les dirigeants ciblent les transporteurs exploitant des avions dans la fourchette inférieure du marché de 100 à 150 passagers, «un important segment mal servi par les avions en production présentement», précise Bombardier.

Coût inférieur

La compagnie a également fait savoir que son nouvel appareil fonctionnera à un coût 15 % inférieur à celui de réactés similaires déjà en production grâce à une consommation moindre de carburant et à des besoins de maintenance moins importants.

La direction de la multinationale montréalaise souligne que ses premiers appareils de ce type pourraient être mis en service d'ici 2010. Les dirigeants ont aussi mentionné que le projet a atteint l'étape de la faisabilité et que les dernières précisions dans ce dossier seront annoncées en 2005.

Présent à Londres dans le cadre du salon de l'aéronautique de Farnborough, le président de la division aéronautique de Bombardier, Pierre Beaudoin, a indiqué hier que «la révolution dans le marché des réactés régionaux est loin d'être terminée».

«Nous agissons de manière énergique malgré les ennuis éprouvés par l'industrie aéronautique parce que nous sommes convaincus qu'une reprise est sur le point de se présenter», a indiqué M. Beaudoin en ajoutant qu'il est impensable de regarder le temps passer sans rien faire au cours des prochaines années.

Bombardier a d'ailleurs présenté hier une vidéo montrant ce que le nouvel appareil aurait l'air une fois construit. Deux modèles différents sont envisagés: un avion de 110 à 115 sièges et une version plus grande du réacté qui accueillerait entre 130 et 135 passagers. «Tout comme nos clients, je suis enchanté de notre nouvel avion commercial et je suis impatient de le soumettre à l'approbation des hauts dirigeants et du conseil d'administration de Bombardier», a lancé Gary Scott, le président du nouveau programme commercial de l'avionneur.

Le budget de développement de l'appareil est évalué à deux milliards $US, une «facture» que Bombardier souhaite partager à parts égales avec ses fournisseurs et les gouvernements. «Le choix du site d'assemblage sera influencé par l'intérêt que les gouvernements démontreront», a dit Pierre Beaudoin tout en soulignant que le Canada, les États-Unis et l'Angleterre ont tous démontré beaucoup d'intérêt jusqu'ici.

Le gouvernement du Québec est par ailleurs disposé à appuyer la fabrication du nouvel appareil. Le ministre du Développement économique et régional et de la Recherche, Michel Audet, a souligné dimanche à Farnborough qu'Ottawa devait représenter la première source de financement et a ajouté que Québec pourrait y participer par la suite s'il y avait un besoin de complément.