En bref - Alcoa: Bécancour négocie de nouveau

Le producteur Alcoa et les quelque 810 métallos en grève depuis plus d'une semaine à l'aluminerie de Bécancour devaient retourner à la table des négociations hier soir, après avoir reçu une convocation du conciliateur.

Ce dernier ne peut imposer des conditions, mais il a le pouvoir de forcer les parties à se rencontrer. «Il veut probablement vérifier où les parties en sont rendues et quelle initiative il pourrait tenter», a estimé le président du syndicat des employés, Clément Masse. «On ne peut pas trop fonder d'espoir sur cette rencontre-là, mais si ça peut faire débloquer les choses, on serait bien heureux», a-t-il ajouté. La partie patronale disait, quant à elle, garder l'espoir que les deux parties parviendront à un règlement. Ce face-à-face fait suite à une rencontre tenue jeudi après-midi à la demande du maire, réunion qui n'a toutefois pas permis de réduire l'écart entre les négociateurs des deux parties. L'aluminerie, détenue par Alcan à 25 %, a maintenant fermé deux des trois séries de cuves, mais elle continue de fonctionner grâce à 110 cadres. Les négociations visant à renouveler la convention collective achoppent entre autres sur la réorganisation du travail, la sous-traitance et le régime de retraite.