La rancoeur pourrait retarder le retour au travail à Radio-Nord

Vingt mois de grève ont suscité beaucoup de rancune entre Radio-Nord Communications et ses quelque 50 travailleurs syndiqués de l'Abitibi-Témiscamingue. Malheureusement, ce sentiment pourrait retarder la résolution du conflit, a prévenu hier matin la CSN.

Les négociateurs des deux parties ont approuvé en début de semaine la recommandation du médiateur Jacques Lessard sur tous les points en litige. Ce document — dont les détails n'ont pas été rendus publics — sera soumis aux grévistes mardi prochain en assemblée générale.

D'ici là, les représentants patronaux et syndicaux tenteront de s'entendre sur un protocole de retour au travail.

Les discussions ont commencé mercredi, mais les progrès sont lents en raison de l'attitude «revancharde» de l'employeur, ont soutenu les représentants syndicaux lors d'un point de presse à Montréal.

Calendrier

Les négociations achoppent notamment sur le calendrier ainsi que sur l'accès des grévistes aux emplois laissés vacants par le départ, depuis le début de la grève, d'une dizaine de leurs collègues. Le syndicat souhaite aussi l'abandon de toutes les poursuites entamées contre lui par Radio-Nord depuis le début du conflit.

«S'il est normal dans un conflit aussi long que des frustrations se soient accumulées des deux côtés, ces frustrations ne doivent pas faire en sorte de dérailler le règlement accepté par les parties», a souligné le vice-président de la CSN, Louis Roy.

Le piquetage se poursuivra devant les stations de radio et de télévision de Radio-Nord jusqu'à ce que le protocole ait été finalisé. Mais le président du syndicat des employés en communications de l'Abitibi-Témiscamingue, André Anglehart, reconnaît que tous espèrent tourner la page le plus tôt possible.

Fondée en 1948, Radio-Nord Communications exploite trois stations de télévision (TVA, TQS, Radio-Canada) ainsi que deux stations de radio en Abitibi-Témiscamingue. Elle possède aussi des stations en Outaouais et au Saguenay. Au total, la société compte quelque 200 employés.

La convention collective des techniciens, réalisateurs, journalistes et employés de bureau de Radio-Nord est venue à échéance le 31 août 2001. Les employés sont en grève depuis octobre 2002.