GM Boisbriand: la vente du terrain à Cherokee est confirmée

Le maire de la municipalité de Boisbriand a fait savoir hier qu'une entente de principe est intervenue entre le groupe Cherokee et General Motors concernant la vente du terrain où était située l'usine d'assemblage d'automobiles, fermée en août 2002.

Dans un communiqué transmis en soirée, le maire Robert Poirier a ainsi confirmé une primeur du réseau TVA annoncée mardi.

Selon TVA, le groupe Cherokee, dont le siège social est situé à Raleigh en Caroline du Nord, se spécialise dans l'achat de terrains contaminés.

«Comme le prévoit l'appel de propositions lancé par GM il y a quelques mois, l'acquéreur bénéficie d'une période de 60 jours pour évaluer le site, a précisé le maire Poirier. De fait, durant cette même période, Cherokee discutera avec la ville concernant le type de développement que la société entend y implanter.»

M. Poirier a rappelé que le 21 mai dernier, le ministre des Affaires municipales, du Sport et du Loisir, Jean-Marc Fournier, a approuvé un règlement relatif au terrain de l'ancienne usine GM qui crée une nouvelle aire multifonctionnelle, incluant un partage égal des fonctions résidentielle, commerciale et industrielle.

«C'est donc dire que Cherokee devra s'y conformer et proposer des projets qui respectent l'affectation autorisée par le gouvernement du Québec», a dit le maire Poirier.

Depuis la fermeture de l'usine où étaient assemblés les modèles Camaro et Firebird de GM, de nombreuses rumeurs ont circulé quant au sort du terrain situé au carrefour des autoroutes 15 et 640. L'une d'elles voulait que l'hippodrome de Montréal y soit déménagé.