Les commerces se préparent pour le Vendredi fou

Le Vendredi fou est l’occasion pour bon nombre de Canadiens de profiter d’importants rabais en vue du magasinage des Fêtes.
Charlie Riedel Associated Press Le Vendredi fou est l’occasion pour bon nombre de Canadiens de profiter d’importants rabais en vue du magasinage des Fêtes.

Le Vendredi fou approche à grands pas. C’est l’occasion pour bon nombre de Canadiens de profiter d’importants rabais en vue du magasinage des Fêtes. « Cette année, encore plus que les autres, beaucoup de consommateurs devront se serrer la ceinture et faire attention aux prix. Les gens seront-ils moins présents dans les magasins ? Sauteront-ils, au contraire, sur cette occasion pour profiter de rabais importants ? » se demande Jessica Darveau, professeure adjointe au Département de marketing de l’Université Laval.

De leur côté, les commerçants s’attendent à ce que les clients soient au rendez-vous. Peter Simons, p.-d.g. de La Maison Simons, se montre rassurant. « Toutes les mesures sanitaires pour assurer la sécurité de nos clients et de nos employés ont été mises en place. On a commencé nos rabais plus tôt pour éviter d’avoir des foules vendredi. »

Les commerçants se sont pris d’avance cette année. « Les rabais du Vendredi fou ont déjà commencé depuis plusieurs jours chez BestBuy. On encourage les Québécois à magasiner tôt pour éviter les cohues », explique Thierry Lopez, directeur marketing et affaires corporatives pour le Québec chez BestBuy Canada. Même son de cloche du côté de chez Sail.

Le détaillant spécialisé dans les articles de plein air a proposé des soldes en avance cette année et a élargi ses plages horaires d’ouverture pour espacer la clientèle en magasin.

Magasinage en ligne

Selon la professeure Darveau, il faut s’attendre à ce qu’une bonne partie des achats se fassent en ligne cette année en raison de la pandémie. Un récent sondage réalisé par Google abonde dans ce sens. Environ 45 % des Canadiens prévoient d’acheter davantage sur Internet pour éviter d’aller en magasin.

Peter Simons constate lui aussi l’engouement pour les achats en ligne cette année. « On a vu une croissance extrêmement importante des commandes en ligne depuis que l’on a annoncé les rabais dimanche dernier. Ça a plus que triplé. »

 

Chez BestBuy Canada, on conseille aux consommateurs qui veulent se déplacer en magasin de regarder d’abord en ligne pour faire leur choix. L’entreprise a aussi mis en place un système de commandes en ligne et de ramassage en magasin ainsi qu’un service de file d’attente virtuelle pour les clients.

« Comme on a un nombre limite de clients que l’on peut accueillir en même temps dans le magasin, ça permet aux gens de savoir si le nombre maximal de clients est déjà atteint ou non. »

Encourager l’achat local

Certains magasins choisissent, quant à eux, de ne pas proposer de rabais à l’occasion du Vendredi fou. C’est le cas de la boutique de chaussures Maguire, située sur le boulevard Saint-Laurent à Montréal. « Ça fait deux semaines qu’on reçoit plein de messages pour savoir si on va faire des rabais pour le Vendredi fou », raconte au bout du fil Myriam Belzile-Maguire, designer et fondatrice de la boutique. « On offre un juste prix toute l’année, alors on ne participe pas à ces soldes. Toutefois, l’entreprise se porte très bien, car les gens font des achats plus réfléchis et veulent acheter local. »

La tendance de l’achat local, lequel s’est accéléré avec la pandémie, devrait se maintenir à l’occasion du Vendredi fou, croit Jessica Darveau de l’Université Laval. « Les gens font davantage attention à leur façon de consommer. C’est en partie dû à des initiatives comme Le Panier bleu. »

Peter Simons espère aussi que les Québécois magasineront dans des magasins près de chez eux pour le temps des Fêtes. « Il faut encourager les entreprises d’ici, celles qui font tourner l’économie québécoise. C’est extrêmement important pour leur avenir. »