Statistique Canada perd des répondants à ses sondages sur l'emploi

Le recul du taux de participation semble directement résulter de la suspension, avec la COVID, des sondages qu’on réalisait directement à domicile et qui comptaient, jusque-là, pour environ le cinquième de l’ensemble des répondants.
Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne Le recul du taux de participation semble directement résulter de la suspension, avec la COVID, des sondages qu’on réalisait directement à domicile et qui comptaient, jusque-là, pour environ le cinquième de l’ensemble des répondants.

Statistique Canada s’inquiète de la baisse du nombre de répondants à son enquête phare sur l’état de l’emploi au pays. Le taux de réponse à l’Enquête sur la population active (EPA) de l’agence fédérale ferait encore rêver n’importe quel autre sondeur et ne remet pas en cause la qualité de ses données, assure-t-elle, mais la tendance ne va pas dans la bonne direction depuis le début de la pandémie de COVID-19.

De 87 % l’an dernier, le taux de réponse moyen des ménages interrogés chaque mois sur leur situation d’emploi par Statistique Canada a reculé à 79 % dès les premiers jours des mesures de confinement des gouvernements, au mois de mars, et était rendue sous la barre des 70 % le mois dernier.

Or, on ne saurait trop souligner l’importance de cette enquête, surtout en pleine crise économique, a fait valoir, jeudi, en entretien téléphonique au Devoir, Josée Bégin, directrice générale du volet Marché du travail, de l’éducation et du bien-être socioéconomique de Statistique Canada. « C’est LA source officielle du taux de chômage au Canada. C’est le portrait le plus rapide dont on dispose sur l’état du marché de l’emploi par industries, tranches d’âge, niveaux de revenus ou pour différents groupes, comme les minorités visibles. C’est essentiel aux décideurs politiques lorsqu’ils doivent mettre en place des mesures. »

En 2019, une moyenne de 48 500 ménages remplissaient chaque mois leur obligation légale de répondre aux questions de Statistique Canada. Ce nombre est désormais inférieur à 40 000 ménages sur 56 000 sollicités. Le taux de participation est plus faible en Ontario (63,4 %) ou en Colombie-Britannique (63,9 %) qu’au Québec (72,5 %).

Le recul du taux de participation semble directement résulter de la suspension, avec la COVID, des sondages qu’on réalisait directement à domicile et qui comptaient, jusque-là, pour environ le cinquième de l’ensemble des répondants et qui affichaient un fort taux de réponse. Invitée par lettres à faire comme les autres, c’est-à-dire à répondre aux questions de Statistique Canada par téléphone ou par l’entremise de plateformes numériques, une partie de ces ménages, qui auraient normalement été rencontrés en personne, s’estime peut-être trop occupée ou craint d’être la cible d’une arnaque, suppose Josée Bégin.

C’est LA source officielle du taux de chômage au Canada. [...] C’est essentiel aux décideurs politiques lorsqu’ils doivent mettre en place des mesures.

Décrire un monde bouleversé

Cette difficulté arrive au moment où l’agence fédérale voit sa capacité d’adaptation testée plus que jamais. Déjà engagée, avant la pandémie, dans un processus de modernisation s’appuyant notamment sur de nouvelles sources d’information, telles que les réseaux sociaux numériques, Statistique Canada a ajouté à son EPA toutes sortes de nouvelles données visant à décrire de la façon la plus pertinente et fiable possible la nature particulière de la crise.

Aux côtés des habituelles questions touchant le nombre d’emplois, le taux d’activité et le taux de chômage, on y retrouve maintenant, par exemple, le nombre de personnes à l’emploi d’une entreprise, mais n’ayant pas travaillé, la proportion de personnes s’adonnant au télétravail et le taux de sous-utilisation de la main-d’œuvre, c’est-à-dire tous ces travailleurs qui, à cause de la COVID, sont soit au chômage, soit ont perdu l’ensemble ou la majorité de leurs heuresde travail habituelles. On y rapporte mêmeparfois des chiffres sur l’effet des programmes d’aide financière d’urgence ou la peur de la contagion.

L’EPA pour le mois de novembre est en cours depuis dimanche et jusqu’à mardi. Ses résultats seront dévoilés le 4 décembre. Son coup de sonde du mois d’octobre avait permis de voir les premiers effets de la deuxième vague de la pandémie et le chômage de longue durée.

 

À voir en vidéo