Lente ascension de l’économie mondiale

La directrice générale du Fonds monétaire international, Kristalina Georgieva
Photo: Jim Watson Agence France-Presse La directrice générale du Fonds monétaire international, Kristalina Georgieva

L’économie mondiale a commencé une longue ascension vers la reprise, qui sera « difficile », « inégale » et sujette à de potentiels « contretemps », a prévenu mardi la dirigeante du FMI.

« Nous estimons désormais que l’évolution des deuxième et troisième trimestres a été quelque peu meilleure que prévu, ce qui a permis une légère révision à la hausse de nos prévisions mondiales pour 2020 », a déclaré Kristalina Georgieva dans son discours prononcé en amont des réunions d’automne qui se tiendront virtuellement la semaine prochaine à Washington.

Le 24 juin, le Fonds monétaire international avait dévoilé des perspectives économiques particulièrement sombres, avec une estimation de plus de 12 000 milliards de dollars de pertes cumulées pour l’économie mondiale en 2020 et 2021. Il tablait alors sur une récession de 4,9 % cette année, contre 3 % anticipés en avril. La directrice générale n’a pas dévoilé de chiffres, ceux-ci seront publiés dans une semaine.

Kristalina Georgieva, qui estimait début avril que la planète allait subir les pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression des années 1930, dépeint une situation finalement « moins désastreuse ». Mais « moins désastreuse, ce n’est pas brillant », a-t-elle martelé. Les risques restent également élevés en raison notamment de la hausse des faillites d’entreprises et de l’incertitude. De plus, « de nombreux pays sont devenus plus vulnérables », avec des niveaux d’endettement très supérieurs. La dette publique mondiale va ainsi atteindre un niveau record d’environ 100 % du PIB en 2020.

Kristalina Georgieva, qui n’a eu de cesse d’encourager les gouvernements « à dépenser plus » et « autant que possible » pour soutenir leurs économies, presse cette fois les États d’accroître leurs investissements. Sinon, cela pourrait être « tragique pour l’économie mondiale ».

À voir en vidéo