Desjardins mise sur l’énergie renouvelable aux États-Unis

Desjardins multiplie les prises de participation dans des projets énergétiques. 
Photo: Ronaldo Schemidt Agence France-Presse Desjardins multiplie les prises de participation dans des projets énergétiques. 

Le Mouvement Desjardins met le pied dans les infrastructures d’énergie renouvelable américaines pour la première fois avec un investissement direct de 100 millions dans quatre parcs éoliens et un parc solaire, et il n’est pas exclu que l’institution financière revienne à la charge d’ici la fin de l’année, selon un haut dirigeant.

Desjardins et son partenaire de longue date, Connor, Clark & Lunn Infrastructure (CC & L), ont fait l’acquisition d’un bloc de participation de 80 % dans des actifs appartenant à EDP Renováveis. Le montant de 100 millions procurera à Desjardins 30 % de cette tranche de 80 %, alors que CC & L en détiendra 70 %. La transaction devrait être finalisée d’ici la fin décembre.

Les quatre parcs éoliens, qui se trouvent en Oklahoma, au Wisconsin, en Ohio et dans l’État de l’Indiana, sont en service depuis 2017 tandis que le parc solaire, en Indiana également, sera prêt en 2021. Au total, les infrastructures sont d’une capacité de 563 MW, capables d’approvisionner quelque 140 000 ménages en électricité. Pour la société portugaise EDP, selon laquelle l’ensemble de la transaction s’élève à 676 millions $US, la vente s’inscrit dans une reconfiguration du portefeuille d’actifs qui devrait s’étendre jusqu’en 2022.

Le marché américain est « assez actif » ces temps-ci, a dit en entrevue le chef des investissements en infrastructures au Régime de rentes du Mouvement Desjardins, Frédéric Angers. Invité à dire si Desjardins avait d’autres cibles à l’horizon, il a dit qu’« on a toujours un pipeline d’occasions qui est rempli », même si les dossiers sont au stade de l’analyse préliminaire. « On n’a rien d’imminent à annoncer. Dans les énergies renouvelables, il y en a qui ont une probabilité de survenir d’ici la fin de l’année, au Canada et aux États-Unis. »

100 millions
C’est l’investissement du Mouvement Desjardins, qui met le pied dans les infrastructures d’énergie verte américaines pour la première fois.

Selon les plus récentes données, 60 % de la nouvelle capacité énergétique aux États-Unis en juin est venue des parcs solaires, comparativement à près de 38 % du côté de l’éolien et 2,4 % de source hydroélectrique. Sur l’ensemble du premier semestre, le solaire et l’éolien sont chacun à près de 30 %, alors que 42,7 % sont venus de projets de gaz naturel.

Desjardins multiplie les prises de participation dans des projets. L’an dernier, le Mouvement a annoncé son intention d’acquérir une participation d’un peu plus de 40 % dans le projet de 48 éoliennes Cypress en Alberta, qui sont présentement en construction. Au moment de l’annonce, il était prévu que le projet, lorsque terminé, serait détenu à 34,5 % par EDF Renewables Canada et à 25 % par la nation kainai. L’institution dit avoir également placé ses pions en Asie en août en faisant l’acquisition d’une tranche minoritaire dans un parc éolien en mer qui sera prêt en 2021, moment où il pourrait alors alimenter 380 000 ménages.

Les grands développeurs comme EDP ou EDF ont pour modèle d’affaires de « développer et ensuite monétiser, en partie, avec comme objectif de continuer à s’occuper de la gestion quotidienne », a dit M. Angers. Les grandes institutions financières qui gèrent des caisses de retraite disposent de ressources financières patientes avec des cibles de rendement à long terme. Certains projets qui ont été développés pourraient prochainement être mis sur le marché, selon lui.

L’annonce survient deux mois après qu’une autre organisation, la Banque Royale, eut dévoilé une entente d’achat d’énergie solaire à long terme — la première pour une institution financière — qui soutiendra la construction de deux énormes parcs de panneaux en Alberta. Les parcs de 19 et 20 MW, qui couvriront l’équivalent de 170 terrains de soccer, fourniront au réseau albertain de l’énergie capable d’alimenter 6400 ménages.

À voir en vidéo