La crise n’empêche pas des signatures de bail

Au cours des dernières années, Ivanhoé Cambridge, dont le portefeuille d’actifs atteint 64 milliards de dollars, a investi plus de 1 milliard de dollars dans différents projets au centre-ville.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Au cours des dernières années, Ivanhoé Cambridge, dont le portefeuille d’actifs atteint 64 milliards de dollars, a investi plus de 1 milliard de dollars dans différents projets au centre-ville.

L’absence de transactions au centre-ville de Montréal empêche de chiffrer avec précision la valeur marchande des immeubles, mais des analyses confiées à l’externe concluent jusqu’ici à des « valeurs assez stables » dans le secteur des tours de bureaux, a affirmé jeudi Nathalie Palladitcheff, présidente et cheffe de la direction d’Ivanhoé Cambridge, la filiale immobilière de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

La pandémie, qui pour l’instant a vidé le cœur de Montréal de ses habituels occupants du quotidien, n’a par ailleurs pas empêché Ivanhoé Cambridge de discuter de baux avec différents clients, a précisé Mme Palladitcheff lors d’une conférence virtuelle organisée par la Chambre de commerce du Montréal Métropolitain.

Au cours des dernières années, Ivanhoé Cambridge, dont le portefeuille d’actifs atteint 64 milliards de dollars, a investi plus de 1 milliard de dollars dans différents projets au centre-ville, dont la Maison Manuvie (propriété à 50 %), la rénovation de la Place Ville-Marie, une remise à neuf de l’hôtel Fairmont Le Reine Elizabeth et des travaux majeurs au Centre Eaton.

« Dans cette phase de pandémie, on a même signé un bail dans la Maison Manuvie, avec Behavox. On a aussi des discussions actives sur la Place Ville-Marie pour signer des baux, ce qui prouve que ces investissements ont du sens et, même dans une phase de doutes ou de questions, trouvent leur clientèle », a dit Mme Palladitcheff. Le portefeuille de bureaux comprend également le 1000 De la Gauchetière.

Peu avant la pandémie, en février, la Caisse de dépôt et placement a indiqué son désir de rebrasser les cartes dans son portefeuille immobilier, dont le rendement de 2019 a été une déception aux yeux de Mme Palladitcheff. Déjà présidente de la filiale depuis 2018, elle a ajouté le poste de cheffe de la direction en octobre 2019 et a alors lancé un diagnostic de l’ensemble des actifs immobiliers. Parmi les préoccupations figuraient alors les 25 centres commerciaux qu’Ivanhoé possédait au Canada. Au cours des derniers jours, la Caisse en a vendu un.

Ce diagnostic réalisé à la fin de 2019 a permis à la Caisse de constater que les deux tiers de son portefeuille global étaient en symbiose avec les grandes tendances du marché immobilier. Au cours du premier semestre de 2020, Ivanhoé a réalisé 45 transactions, a dit Mme Palladitcheff. Lors de la publication des résultats du semestre, la direction avait précisé que ces transactions totalisaient 4,5 milliards, dont 2 milliards en acquisitions, notamment dans les secteurs de la logistique et de l’industriel.

Le portefeuille des actifs réels de la Caisse, composé de l’immobilier et des infrastructures, a affiché un rendement négatif de 7,3 % au cours des six premiers mois de 2020, comparativement à un indice de référence de -1,5 %. « Le portefeuille Immeubles a connu une contre-performance, et les évaluations de la valeur des actifs d’Ivanhoé Cambridge en portefeuille reflètent les difficultés des centres commerciaux, accentuées de façon marquée par la crise de la COVID‑19 », avait-elle alors indiqué le 7 août.

 

À voir en vidéo