Avec le confinement, c’est le gros lot pour les ventes en ligne

Sur un an, les ventes du commerce électronique ont plus que doublé, avec une augmentation de 110,8% comparativement à mai 2019.
Photo: iStock Sur un an, les ventes du commerce électronique ont plus que doublé, avec une augmentation de 110,8% comparativement à mai 2019.

La valeur des ventes du commerce électronique a atteint un record de 3,9 milliards en mai, une augmentation de 2,3 % par rapport à avril et de 99,3 % par rapport à février, a indiqué vendredi Statistique Canada. Sur un an, les ventes du commerce électronique ont plus que doublé, avec une augmentation de 110,8 % comparativement à mai 2019.

« En mars 2020, de nouvelles mesures destinées à ralentir la propagation de la COVID-19 ont eu une nette incidence sur la façon dont les consommateurs effectuaient leurs achats au détail […] De février à mai 2020, les ventes au détail totales ont diminué de 17,9 %. Cependant, les ventes au détail du commerce électronique ont presque doublé (+99,3 %), certains détaillants s’en remettant davantage à cette méthode de vente », précise l’agence fédérale de statistiques.

Mois par mois, ces hausses records du commerce électronique ont coïncidé avec des baisses records des ventes au détail totales. Au plus fort des répercussions de la COVID-19, les ventes au détail ont chuté pour atteindre 33,9 milliards en avril, en baisse de 29,1 % par rapport à février et de 26,4 % par rapport à avril 2019. « Alors que le commerce électronique a connu une progression mensuelle de 63,8 % en avril, les ventes en magasin ont chuté de 25,3 %. » En mai, les ventes au détail totales ont cependant commencé à se redresser, atteignant 39,3 milliards.

Point culminant

Les ventes au détail du commerce électronique ont affiché une progression constante, la proportion des ventes en ligne étant passé de 2,4 % en 2016 à 4 % en 2019. Le mois d’avril marque le point culminant de l’impact de la COVID-19, la proportion des ventes du commerce électronique passant de 3,8 % en avril 2019 à un niveau record de 11,4 % en avril 2020. En mai, comme l’environnement de la vente au détail au Canada permettait un plus grand nombre d’achats en magasin, la proportion des ventes au détail du commerce électronique était de 10 %, poursuit Statistique Canada.

Dans son rapport, l’agence fédérale a révélé que les 11 sous-secteurs qui réalisent des ventes en ligne avaient vu ces ventes augmenter. Par contre, de février à avril 2020, seul celui des aliments et des boissons a connu à la fois une hausse des ventes en magasin (+3,3 %) et une augmentation en flèche du commerce électronique (+107 %). Ailleurs, les ventes en magasin ont diminué de 15,1 % pour les magasins de marchandises diverses à 84,2 % pour les magasins de vêtements et d’accessoires vestimentaires. « Alors que les ventes en magasin diminuaient pour ces sous-secteurs, les ventes du commerce électronique augmentaient. »

Les fermetures d’entreprise obligatoires qui ont empêché les détaillants de réaliser des ventes traditionnelles en magasin ont entraîné un plus grand virage vers le commerce électronique. « Parallèlement, les magasins d’alimentation — des services essentiels qui ont été autorisés à rester ouverts — ont connu une augmentation de 38 % des ventes de produits alimentaires au cours de la deuxième semaine de mars par rapport à 2019, et une montée en croissance des ventes de certains produits de soins personnels », peut-on lire dans l’étude.

« La pandémie de COVID-19 aura-t-elle des répercussions durables sur le secteur du commerce de détail ? Les petites entreprises se tournent de plus en plus vers les plateformes de commerce électronique et les utilisent de façon novatrice […] De toute évidence, le paysage du commerce de détail évoluera », conclut Statistique Canada.