Des PME lourdement endettées par la pandémie

En moyenne, les PME qui ont fourni des renseignements pour le sondage de la FCEI avaient une dette de 135 000$.
Photo: Vitalij Sova Getty Images En moyenne, les PME qui ont fourni des renseignements pour le sondage de la FCEI avaient une dette de 135 000$.

La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) estime que les PME du pays ont contracté pour 117 milliards de dollars de nouvelles dettes dans la foulée de la pandémie de COVID-19. Au Québec, la somme s’élève à 21,3 milliards, selon l’association.

L’association nationale a basé ses estimations sur un sondage mené en ligne auprès de propriétaires de PME du Canada, du 26 juin au 2 juillet. Environ 2100 des 4502 répondants à l’enquête ont accepté de révéler le montant de leur dette attribuée à la COVID-19.

En moyenne, les PME qui ont fourni des renseignements pour le sondage de la FCEI avaient une dette de 135 000 $, pour un total de près de 285,4 millions de dollars.

La FCEI estime que cela se traduit par une estimation de 117 milliards de dette totale liée à la COVID-19 pour les PME dans leur ensemble, selon le nombre de petites et moyennes entreprises au Canada rapporté par Statistique Canada.

L’association, qui compte 110 000 membres, estime que 58 % des PME ont complètement rouvert leurs portes, que 35 % ont retrouvé leur plein effectif, mais que seulement 24 % ont retrouvé leur revenu normal.

117 milliards
C’est la valeur de la dette totale des PME liée à la COVID-19 selon l’estimation de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante.

Selon les normes généralement acceptées de l’industrie du sondage, les sondages en ligne ne peuvent pas se voir attribuer une marge d’erreur, car ils n’échantillonnent pas la population au hasard.

Les revenus ne sont pas au rendez-vous pour la plupart des propriétaires de PME, mais les factures et les coûts divers continuent de s’accumuler

La FCEI a indiqué que les propriétaires d’entreprises québécoises ont été dans l’obligation d’emprunter en moyenne 127 000 $. « Les revenus ne sont pas au rendez-vous pour la plupart des propriétaires de PME, mais les factures et les coûts divers continuent de s’accumuler », a déclaré Gopinath Jeyabalaratnam, analyste principal des politiques au sein de l’organisation. « Le retour de travailleurs dans les tours à bureaux aidera certainement les commerces de proximité, mais ce sera nettement insuffisant pour recouvrir les pertes. Les commerçants des centres-villes doivent pouvoir compter sur une aide directe des gouvernements. »

À voir en vidéo