Les technologies vertes se posent en rempart face à la crise

Une éolienne en Patagonie
Photo: Ronaldo Schemidt Agence France-Presse Une éolienne en Patagonie

Investir dans la transition énergétique, assurance de création immédiate d’emplois et de croissance durable, permettrait d’accélérer la reprise économique, affirme l’Agence internationale de l’énergie renouvelable (IRENA) dans un rapport paru mercredi.

Si les États doublaient, à 2710 milliards de dollars canadiens, les investissements annuels dans la transition énergétique pendant trois ans (en 2021-2023), l’effet levier serait massif sur les financements privés, multipliés par trois ou quatre, selon ses calculs. Ces seules dépenses (énergies renouvelables, réseaux, efficacité énergétique…) relèveraient la croissance du PIB mondial d’un point et généreraient 5,5 millions d’emplois supplémentaires sur trois ans, affirme l’IRENA.

« Les énergies renouvelables ont montré tout au long de la crise actuelle qu’elles sont la source d’énergie la plus résiliente », au moment où la déconfiture du cours du pétrole bouscule les multinationales des hydrocarbures, souligne Francesco La Camera, directeur général de l’IRENA, l’agence intergouvernementale chargée de soutenir la transition énergétique. Elles sont « de plus en plus compétitives et peuvent être gérées facilement, à distance », a-t-il rappelé dans un entretien à l’AFP.

À lire aussi

«La relance économique par l’énergie renouvelable», l'analyse de Gérard Bérubé

Quelque 6850 milliards de dollars d’investissements publics et privés annuels, objectif à atteindre d’ici la fin de la décennie, feraient gagner à l’économie mondiale 1,3 point de croissance annuelle supplémentaire entre 2020 et 2030, a calculé l’agence pour ces recommandations qui « maximiseraient la reprise tout en remplissant les objectifs de la lutte contre le réchauffement climatique ».

Chaque million de dollars investi dans l’éolien, le solaire ou l’hydroélectricité générerait ainsi trois fois plus d’emplois que l’équivalent dans le secteur des énergies fossiles, selon l’IRENA, qui appelle aussi à réformer les prix des énergies fossiles et à pousser les financements verts, « priorités immédiates ».

« Toute stratégie devrait aussi inclure des solutions émergentes, telles que l’hydrogène d’origine décarbonée », recommande le rapport : « en investissant dans leur commercialisation, gouvernements et entreprises s’assurent une croissance sur le long terme ».

Technologies de stockage, véhicules électriques et stations de recharge, réseaux intelligents, efficacité énergétique dans le chauffage et la climatisation… C’est le moment d’investir dans un avenir meilleur, affirme M. La Camera, qui souligne notamment les efforts de l’Union européenne, ou encore du Chili.

À voir en vidéo