La note de crédit du Canada est abaissée

Le Canada est dans une situation financière plus solide que de nombreux autres pays du G7 et du G20, a souligné le ministre des Finances, Bill Morneau.
Photo: Justin Tang La Presse canadienne Le Canada est dans une situation financière plus solide que de nombreux autres pays du G7 et du G20, a souligné le ministre des Finances, Bill Morneau.

Le ministre des Finances, Bill Morneau, s’est porté à la défense de l’état des finances du pays après qu’une agence internationale a privé le Canada de sa note de crédit AAA.

Le Canada est dans une situation financière plus solide que de nombreux autres pays du G7 et du G20, a souligné le ministre Morneau, notant que l’investissement mondial soutenu dans les obligations canadiennes contribuait à réduire le coût de l’emprunt. Dans une déclaration, M. Morneau a affirmé que le gouvernement fédéral continuera d’être « fiscalement responsable » tout en faisant le nécessaire pour protéger l’économie nationale.

Ses commentaires sont intervenus après que l’agence Fitch Ratings a abaissé mercredi la note de crédit du pays à « AA+ », évoquant « la détérioration des finances publiques du Canada ». Les mesures de santé publique nécessaires pour ralentir la propagation du nouveau coronavirus et la baisse des prix du pétrole « provoqueront une grave récession » au Canada cette année, a expliqué Fitch dans un avis en ligne, prévoyant une contraction économique de 7,1 %.

Fitch affirme que les perspectives de croissance à moyen terme du pays sont limitées et inférieures à celles de bon nombre de ses pairs.

Par ailleurs, le Fonds monétaire international (FMI) a dévoilé mercredi une mise à jour de ses perspectives pour l’économie mondiale, dans laquelle il prévoit une contraction de 8,4 % pour l’économie canadienne — soit 2,2 points de pourcentage plus importante que celle évoquée dans ses prévisions précédentes, qui remontent à avril.

Fitch a indiqué que les dépenses fédérales pourraient devoir augmenter encore davantage pour aider les provinces à court de liquidités, y compris celles qui ont suspendu leurs plans de réduction du déficit. L’agence a également souligné que le gouvernement libéral minoritaire avait déjà reporté sa promesse de stabiliser la dette nette du gouvernement fédéral « pour répondre aux priorités des partis minoritaires alliés ».

Avec Le Devoir

À voir en vidéo