La pandémie a forcé Desjardins à suspendre les avis aux clients

L'envoi d'un avis aux 1,8 millions de détenteurs de cartes de crédit touchés par la fuite de renseignement est complété à environ 50%, selon Desjardins.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir L'envoi d'un avis aux 1,8 millions de détenteurs de cartes de crédit touchés par la fuite de renseignement est complété à environ 50%, selon Desjardins.

Le Mouvement Desjardins a récemment redémarré l’envoi de lettres qu’il avait entrepris vers la fin de 2019 pour prévenir les détenteurs de cartes de crédit qu’ils étaient eux aussi, comme ceux ayant un compte bancaire, touchés par la fuite de renseignements personnels.

Raison : les envois ont été suspendus pendant près de deux mois en raison de la pandémie.

L’institution financière a confirmé la suspension et la reprise des envois lorsque Le Devoir a demandé pourquoi une lectrice venait tout juste de recevoir une telle lettre, même si Desjardins a annoncé le 10 décembre 2019 qu’il fallait élargir le périmètre des gens touchés par la fuite survenue dans la première moitié de 2019.

Compte tenu du délai, la lectrice, détentrice d’une carte de crédit d’un détaillant dont elle ne s’est jamais servie, s’inquiète pour son dossier de crédit.

À l’heure actuelle, environ 50 % des lettres ont été envoyées sur un total de 1,8 million, a indiqué au Devoir un porte-parole de Desjardins, Jean-Benoit Turcotti. « Ça va s’étirer jusqu’à la fin du mois de juin », a-t-il dit.

« Il faut comprendre que c’était près de deux millions de lettres à envoyer. C’est quand même un volume assez important. Ç’a été un peu plus long, surtout avec la période pendant laquelle on a été obligés d’arrêter pendant presque deux mois. On peut comprendre l’inquiétude des gens, mais on tient à les rassurer, c’est la même situation qu’au mois de décembre. Et depuis cette annonce-là, avant même qu’ils reçoivent la lettre, ils bénéficient de la protection Desjardins. »

 
50%
C’est le nombre de lettres qui ont été envoyées à l’heure actuelle, sur un total de 1,8 million.

La première annonce d’une fuite de renseignements personnels a eu lieu le 20 juin 2019. L’institution avait alors indiqué que des données appartenant à 2,7 millions de membres particuliers et 173 000 entreprises s’étaient retrouvées à l’extérieur de ses murs, conséquence des gestes d’un « employé malveillant » qui a été rapidement congédié. En novembre, ce chiffre a été relevé à 4,2 millions de membres particuliers.

Le 10 décembre 2019, Desjardins a indiqué que l’employé en question a aussi eu un accès aux données de 1,8 million de détenteurs de cartes de crédit et de clients de produits de financement. L’institution avait précisé que ses analyses internes « n’indiquent pas que les renseignements personnels des nouvelles personnes visées ont été transmis à des tiers par l’ex-employé malveillant » et que les cartes de crédit n’étaient pas compromises, tout comme les mots de passe. Les envois de lettres de Desjardins, qui a alors élargi son programme de protection à environ huit millions de Canadiens, ont commencé dans les semaines suivantes.

Même si la mise en enveloppe est effectuée mécaniquement, Desjardins a suspendu les envois en mars par mesure de prudence et pour se réorganiser, a dit M. Turcotti. « C’est certain qu’on aurait préféré, comme tout le monde je pense, pouvoir terminer l’envoi des lettres beaucoup plus tôt, comme c’était prévu au départ. Mais malheureusement, on n’a pas eu le choix de retarder certains envois en raison de la situation mondiale. Et quand ç’a repris, effectivement, on comprend les gens qui peuvent avoir un certain étonnement de la recevoir à ce moment-ci. »

À voir en vidéo