Le PIB canadien recule de 8,2%

Sont en cause les mesures prises pour ralentir la propagation de la COVID-19 ayant forcé de nombreuses entreprises à travers le pays à fermer leurs portes.
Photo: Nathan Denette La Presse canadienne Sont en cause les mesures prises pour ralentir la propagation de la COVID-19 ayant forcé de nombreuses entreprises à travers le pays à fermer leurs portes.

L’économie canadienne a affiché sa pire performance trimestrielle depuis 2009 au cours des trois premiers mois de 2020, et elle pourrait se diriger vers une baisse encore plus marquée.

Le PIB canadien a chuté à un taux annualisé de 8,2 % au premier trimestre, ce qui comprend une baisse de 7,2 % pour le seul mois de mars, au cours duquel les restrictions imposées par les responsables de la santé publique ont commencé à se déployer. Et selon les observations préliminaires de Statistique Canada, les données semblent annoncer une baisse de 11 % du PIB pour avril.

La chute du PIB ne reflète pas pleinement l’expérience de tous les Canadiens pendant cette période, a souligné l’économiste en chef de la Banque de Montréal, Douglas Porter. « On n’obtient pas un tableau complet uniquement à partir du PIB, ni même à partir du marché de l’emploi, parce que les décideurs politiques sont intervenus avec des actions si inhabituelles et dynamiques que plusieurs mesures habituelles ne s’appliquent tout simplement pas à 100 % dans cet épisode », a affirmé M. Porter en entrevue.

Selon Statistique Canada, les dépenses des ménages, pilier de l’économie canadienne, ont diminué de 2,3 % au premier trimestre de 2020, enregistrant leur plus forte baisse trimestrielle jamais enregistrée. En raison de la baisse globale des dépenses, le taux d’épargne a augmenté pour le trimestre à 6,1 %, par rapport à celui de 3,6 % enregistré au quatrième trimestre de 2019.

Selon une estimation préliminaire publiée par le ministère des Finances, le gouvernement fédéral a affiché un déficit de 21,8 milliards pour l’exercice qui s’est terminé en mars. La dette nette fédérale a dépassé 794,4 milliards. Les dépenses supplémentaires déployées au cours des dernières semaines devraient faire grimper la dette encore davantage, car le bureau du budget a averti que le déficit pour cet exercice pourrait atteindre 260 milliards en raison des mesures de soutien du revenu versées par le gouvernement aux ménages canadiens.

À voir en vidéo