Analyse: vendredi noir pour l’emploi au Canada

Des secteurs tels que la restauration continueront d'être plombés par les nouvelles normes sanitaires et la prudence des consommateurs.
Photo: Mark Lennihan Associated Press Des secteurs tels que la restauration continueront d'être plombés par les nouvelles normes sanitaires et la prudence des consommateurs.

Au moment où vous lisez ces lignes, peut-être avez-vous déjà appris l’ampleur des dégâts subis sur le front de l’emploi au Canada le mois dernier, alors que se faisait ressentir toute la force de l’impact de la pandémie de coronavirus ?

À moins d’une surprise, tout aussi immense qu’improbable, les pertes s’avéreront aussi terribles qu’on le croyait, du jamais vu depuis la Deuxième Guerre mondiale.

On aura l’embarras du choix pour le chiffre le plus effrayant, entre les quatre, peut-être cinq millions d’emplois effacés en un seul mois, le taux de chômage qui pourrait flirter avec le taux hallucinant de 20 % et la proportion de Canadiens qui avaient encore le privilège d’occuper un emploi, qui pourrait être inférieure à un sur deux.

On ne manquera pas de faire des comparaisons avec les récessions passées et de parler de nouveaux records. Seulement, cette crise économique n’est pas comme les autres, répétait dans un discours, la semaine dernière encore, le gouverneur de la Banque du Canada, Stephen Poloz, en raison de la décision délibérée des gouvernements de mettre leurs économies sur pause pour freiner la progression de la COVID-19.

« La situation actuelle ressemble beaucoup plus à une catastrophe naturelle qu’à une récession économique classique », expliquait-il, et « à la suite de catastrophes naturelles, la reprise économique est généralement assez rapide et solide ».

Aussi, plusieurs observateurs s’entendent-ils pour dire que ces terribles statistiques du mois d’avril marqueront le creux de la crise, après quoi on verra la situation de l’emploi, et de l’économie en général, graduellement s’améliorer. Les gouvernements provinciaux n’ont-ils pas déjà entamé le déconfinement ?

Une catastrophe pas comme les autres

Seulement, l’actuelle pandémie n’est pas n’importe quelle sorte de catastrophe naturelle.

Contrairement à un tremblement de terre ou à un tsunami, qui se terminent aussi rapidement qu’ils sont arrivés, la pandémie continuera de faire des siennes vraisemblablement jusqu’à ce qu’un vaccin soit trouvé, peut-être dans 12 à 18 mois.

La levée, ou plus probablement l’assouplissement, des règles de confinement et de distanciation sociale facilitera sans doute la vie de plusieurs entreprises et travailleurs, mais cela ne les ramènera pas à une vie normale.

Quant aux secteurs économiques les plus exposés, comme le tourisme, l’hébergement, la restauration et le commerce de détail, leurs activités continueront d’être cruellement plombées par les nouvelles normes sanitaires et la prudence des consommateurs.

Pendant encore combien de temps ces entreprises pourront-elles tenir le coup avant de devoir fermer définitivement leurs portes et transformer leurs employés, considérés aujourd’hui comme en simple chômage technique, en chômeurs ordinaires ?

Un sondage de la firme Recherche Modus, réalisé auprès d’un millier d’entreprises canadiennes de toute taille, révélait mercredi que, en vertu des règles en vigueur la semaine dernière, et en dépit de l’aide financière d’urgence des gouvernements, 5 % d’entre elles avaient déjà abandonné la partie et que cette proportion grimpera à 21 % d’ici trois mois et à 46 % d’ici six mois.

En fait, personne ne sait quelles pertes d’emploi du mois d’avril ne seront bientôt plus qu’un mauvais souvenir et ce qui se traduira en destruction plus durable de la capacité de production. 

Dans la version la plus optimiste de ses prévisions économiques, le Fonds monétaire international prédisait au Canada, il y a un mois, des taux de chômage moyens de 7,5 % cette année et de 7,2 % l’an prochain. Rien à voir avec le taux vertigineux qu’il dévoilera ce vendredi, mais, tout de même, une augmentation marquée et durable par rapport à la moyenne de 5,7 % affichée l’an dernier.