J.Crew se protège en vertu de la loi sur les faillites

J.Crew a indiqué lundi que des prêteurs avaient accepté de convertir 1,65 milliard $US de sa dette en capitaux propres.
Photo: Matt Rourke Associated Press J.Crew a indiqué lundi que des prêteurs avaient accepté de convertir 1,65 milliard $US de sa dette en capitaux propres.

Le propriétaire du détaillant J.Crew s’est protégé contre la faillite, devenant ainsi le premier grand détaillant à le faire depuis que la pandémie a forcé la plupart des magasins américains à fermer leurs portes.

D’autres annonces semblables sont attendues dans les semaines à venir, alors que des milliers de magasins sont toujours fermés, bien que certains États aient entamé un redémarrage progressif de leurs économies. Les ventes des détaillants et des restaurateurs ont enregistré en mars leur chute la plus sévère depuis 1992. Les ventes de vêtements ont reculé de plus de 50 % ce mois-là.

Certaines parties du secteur de la vente au détail connaissaient déjà des difficultés avant l’arrivée de la COVID-19, en raison des grands changements dans les habitudes des consommateurs. J.Crew faisait partie de ces entreprises déjà en difficulté avant la pandémie et elle était chargée de dettes.

J.Crew a indiqué lundi que des prêteurs avaient accepté de convertir 1,65 milliard $US de sa dette en capitaux propres. Elle a également obtenu des engagements de financement de 400 millions auprès de prêteurs existants : Anchorage Capital Group, GSO Capital Partners et Davidson Kempner Capital Management, entre autres. Les racines de l’entreprise remontent à 1947. Elle est devenue un incontournable de la mode dans les années 1990 et de nouveaux magasins ont fait leur apparition à travers le pays. L’ancienne première dame Michelle Obama a rendu la marque encore plus populaire au cours de ses huit années à la Maison-Blanche en adoptant certains de ses articles décontractés, comme le cardigan et les jupes minces. En 2011, J.Crew est devenue la première marque de mode grand public à présenter ses créations à la Semaine de la mode de New York. À un certain moment, cependant, les choix de mode de J.Crew ont commencé à être moins bien accueillis dans le secteur hautement concurrentiel de l’habillement au détail.

Les activités chez J.Crew se poursuivront tout au long de la restructuration et ses vêtements pourront toujours être achetés en ligne. La société a précisé lundi qu’elle prévoyait rouvrir ses magasins lorsque la situation serait jugée sécuritaire.

Au cours de sa dernière année complète d’exploitation, J.Crew a généré des ventes de 2,5 milliards, une augmentation de 2 % par rapport à l’année précédente. L’entreprise comptait 193 magasins J.Crew, 172 magasins entrepôts J.Crew Factory et 132 magasins Madewell en date du 1er février.