Un scénario de reprise difficile à prévoir pour l’industrie aérienne

Dès le 20 avril, les voyageurs qui prennent l’avion devront porter «un masque non médical ou un couvre-visage pour se couvrir le nez et la bouche pendant le voyage».
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir Dès le 20 avril, les voyageurs qui prennent l’avion devront porter «un masque non médical ou un couvre-visage pour se couvrir le nez et la bouche pendant le voyage».

À quoi ressemblera l’industrie aérienne après la crise ? La multiplication de mesures sanitaires soulève de plus en plus de questions sur la façon de fonctionner des transporteurs, dont certains ont déjà commencé à modifier des pratiques afin de protéger leur personnel et les passagers. Il faudra d’abord tenir compte d’un facteur essentiel, selon un expert : les gens auront-ils les moyens de prendre l’avion ?

« Avant de se pencher sur les questions de sécurité, il ne faut pas oublier qu’une proportion très importante d’individus à travers le monde a été frappée par les conditions économiques : chômage, perte d’emploi, etc. », dit Mehran Ebrahimi, directeur du Groupe d’étude en management des entreprises de l’aéronautique à l’École des sciences de la gestion de l’UQAM. « On se rend compte que beaucoup de ces gens-là, quand on regarde les sondages, ont vécu une sorte de contraction dans leur budget et le voyage ne fait pas partie de leurs priorités après la crise. » L’équation comprend aussi des variables comme l’aide que reçoivent les transporteurs de la part des États, ce qui varie d’un pays à l’autre.

D’ici là, les mesures se multiplient. Dès le 20 avril, a annoncé vendredi le gouvernement fédéral, les voyageurs qui prennent l’avion devront porter « un masque non médical ou un couvre-visage pour se couvrir le nez et la bouche pendant le voyage ». Ceux qui n’en ont pas ne pourront pas prendre place à bord, a précisé le ministre des Transports, Marc Garneau. Selon Air Canada, le personnel de l’Administration canadienne de la sûreté du transport aérien « fournira un masque approprié aux voyageurs qui n’ont pas leur propre couvre-visage ». Pour le transport maritime, le train et l’autobus, Ottawa recommande le port du masque « autant que possible ».

Sièges du milieu

Le transporteur britannique Easyjet a indiqué cette semaine qu’il n’est pas sûr que des billets pour les sièges du milieu seront mis en vente lorsque les mesures sanitaires et les restrictions frontalières seront levées. Le fait de laisser ces places libres serait sans doute quelque chose que « les clients aimeraient voir », a dit son chef de la direction, Johan Lundgren, dont les propos ont été rapportés par les médias européens. « Ensuite, nous travaillerons avec les autorités et nous écouterons les avis des clients pour déterminer ce qu’ils croient être la bonne chose à faire, surtout pendant la période de redémarrage. »

Si le fait de bloquer de l’espace entre les passagers est une mesure possible, c’est parce que l’achalandage est beaucoup plus bas qu’à l’habitude et que la capacité des transports « ne reviendra pas à la normale au début », a ajouté M. Lundgren. « Je vois ceci comme une phase initiale. Personne ne sait combien de temps elle durera. » Pour l’année 2020, la demande pour les vols ne sera que la moitié de ce qu’elle était en 2019, a estimé mardi l’Association du transport aérien international (IATA).

Un autre transporteur, Delta, a annoncé la même chose le 8 avril. Jusqu’à la fin du mois de juin, la compagnie américaine limite le nombre de passagers et ne vendra donc plus de billets pour le siège du milieu. Vendredi, elle a également précisé que l’embarquement des passagers se fera désormais par rangée, en commençant par la partie arrière de l’avion.

D’autres vont plus loin encore, a fait remarquer Mehran Ebrahimi. Emirates Airline a été le premier transporteur cette semaine à soumettre des passagers à un test pour voir s’ils sont atteints de la COVID-19. Du personnel de santé prélève une goutte de sang et le résultat est connu dix minutes plus tard. L’exercice a eu lieu pour un vol reliant Dubaï à Tunis.

À voir en vidéo