Une année difficile en vue pour le transport ferroviaire canadien

La semaine dernière, le nombre de wagons pleins a chuté de plus de 17% par rapport à l’année dernière.
Photo: Darryl Dyck La Presse canadienne La semaine dernière, le nombre de wagons pleins a chuté de plus de 17% par rapport à l’année dernière.

Les deux principaux chemins de fer du Canada s’apprêtent à traverser une année difficile, une récession imminente pesant sur les volumes de fret.

La semaine dernière, le nombre de wagons pleins a chuté de plus de 17 % par rapport à l’année dernière, ce qui s’inscrivait dans le déclin croissant des expéditions depuis le début de l’année, qui a été accéléré par la pandémie de COVID-19.

L’analyste Cameron Doerksen, de la Banque Nationale, s’attend à ce que les volumes de la Compagnie nationale des chemins de fer nationaux du Canada (CN) et du Chemin de fer Canadien Pacifique (CP) chutent « considérablement » en avril et « encore plus » en mai, les chaînes d’approvisionnement industrielles restant fermées tandis que le commerce de détail est fortement réduit. Le trafic de conteneurs et les expéditions d’automobiles ont été particulièrement touchés après la fermeture des centres de production asiatiques et nord-américains en raison du nouveau coronavirus.

Néanmoins, le CN et le CP demeurent pleinement opérationnels et le cours de leurs actions se situe environ 15 % en deçà de leurs sommets de février, une baisse moins brutale que celle de nombreuses autres entreprises de l’industrie des transports.

M. Doerksen s’attend à ce que les volumes de fret soient « gravement touchés au cours des prochains mois », le Canada anticipant une contraction économique de 6,2 % en 2020, selon les prévisions dévoilées mardi par le Fonds monétaire international.