Québec invité à accélérer des projets en vue de l’après-crise

Dans une lettre commune, les groupes encouragent le gouvernement provincial à accélérer les projets structurants, notamment ceux qui permettront au Québec de maintenir le cap dans sa lutte contre les changements climatiques.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Dans une lettre commune, les groupes encouragent le gouvernement provincial à accélérer les projets structurants, notamment ceux qui permettront au Québec de maintenir le cap dans sa lutte contre les changements climatiques.

Inscrire l’environnement dans la mission du Fonds des générations, favoriser l’achat local, déployer plus rapidement l’Internet haute vitesse dans les régions mal desservies, accélérer les projets d’infrastructure en mobilité, insister sur l’électrification du transport des marchandises. Pour tracer l’après-crise et encadrer la relance, voilà quelques-unes des recommandations soumises au gouvernement Legault par une quinzaine de signataires de différents horizons, dont le milieu patronal, le monde syndical et des écologistes.

Dans une lettre commune envoyée au début du mois d’avril, les signataires ont salué la gestion de crise du gouvernement jusqu’ici mais avancent que des « décisions collectives » devront être prises à court terme, entre autres pour remettre l’économie sur les rails tout en épaulant les travailleurs et en maintenant la lutte contre les changements climatiques au cœur des priorités. Le groupe, qui a transmis la lettre à plusieurs ministres du cabinet Legault, dit espérer que ses suggestions stimuleront la réflexion de Québec sur la suite des choses.

Il y a eu une sorte de « prise de conscience » tant dans la population que chez le premier ministre François Legault, qui a évoqué un renforcement de l’autonomie du Québec et une diminution du déficit commercial, a dit en entrevue téléphonique Karel Mayrand, directeur général de la Fondation David Suzuki pour le Québec et l’Atlantique. « On est dans une approche où on veut intervenir dans l’économie pour l’orienter quelque part. Je pense que la grande majorité de la population du Québec est favorable à ça en ce moment. Ça permet d’ouvrir la possibilité de faire des choses au sujet desquelles on aurait été plus axé sur le “laisser le marché décider” il y a un an ou deux. »

Une des mesures avancées, par exemple, propose de faire en sorte que le Fonds des générations soit remodelé pour qu’une partie des sommes déjà cumulées soient dirigées vers des « créneaux et infrastructures stratégiques sobres en carbone et résilients », alors que les futures sommes devant y être déposées — en tout ou en partie — pourraient financer la lutte contre les changements climatiques. Selon le dernier budget, il est prévu que Québec verse au Fonds, présentement utilisé pour la réduction de la dette, la somme de 2,7 milliards en 2020-1921. On y trouve actuellement environ 9 milliards.

Train de suggestions

Parmi les autres mesures, le groupe propose de redoubler d’efforts dans la rénovation écoénergétique, d’augmenter de 50 % la part de l’assiette des Québécois qui provient des fermes locales, de redynamiser le cœur des villes et des villages, et de se tourner vers les Premières Nations et les Inuits pour « codécider des priorités d’investissement du plan national de relance affectant leurs communautés ». Il suggère également d’inclure le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques au groupe interministériel chargé de s’occuper de la relance.

Par ailleurs, les signataires estiment que Québec doit maintenir le cap sur les investissements prévus par la Politique d’électrification et de lutte contre les changements climatiques, mais qu’il faudra aller plus loin. C’est ainsi qu’il évoque l’idée d’une implication « plus soutenue » de la Caisse de dépôt et placement du Québec et des institutions québécoises du secteur, entre autres par des « fonds de finance solidaires et responsables » (par exemple des fonds de travailleurs, Desjardins Capital, Investissement Québec).

Les signataires sont les têtes dirigeantes de la Fondation David Suzuki, du Conseil du patronat du Québec, de la FTQ, du Chantier de l’économie sociale, de Vivre en ville, de Propulsion Québec, de l’Ordre des urbanistes du Québec, d’Équiterre, d’Écotech Québec, de COPTICOM, de l’Association des groupes de ressources techniques du Québec, du Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement, de la Coalition des organismes communautaires pour le développement de la main-d’œuvre. On y trouve aussi Annie Chaloux, qui est professeure à l’École de politique appliquée de l’Université de Sherbrooke, et François Delorme, chargé de cours en économie de l’environnement à l’Université de Sherbrooke.

« On n’est pas dans la gestion de la crise ou le début de la relance, on est dans l’après-crise. Il y aura des décisions à prendre. Le gouvernement l’a déjà dit, il a pensé à mettre en avant des projets structurants. Il y en aura dans différents domaines », a dit le président du Conseil du patronat du Québec, Yves-Thomas Dorval. « Dans cette optique, on a trouvé qu’il était important que les acteurs qui travaillent ensemble sur ces éléments de l’économie, que ces acteurs puissent aussi travailler ensemble pour faire des recommandations conjointes. »