La pandémie pourrait entraîner «la plus profonde récession économique de notre existence»

La correction sera particulièrement sévère en ce qui concerne les exportations de l’Amérique du Nord et de l’Asie, selon les économistes de l’Organisation mondiale du commerce.
Photo: Wilfredo Lee Archives Associated Press La correction sera particulièrement sévère en ce qui concerne les exportations de l’Amérique du Nord et de l’Asie, selon les économistes de l’Organisation mondiale du commerce.

La pandémie de coronavirus pourrait entraîner «la plus profonde récession économique de notre existence», selon l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

Le commerce mondial devrait enregistrer une contraction comprise entre 13% et 32% en 2020, supérieure à celle causée par la crise financière de 2008, sous l’effet de la pandémie du nouveau coronavirus qui a fortement ralenti les échanges, a estimé mercredi l’OMC.

Déjà entravés par les tensions commerciales et les incertitudes autour du Brexit, les échanges commerciaux devraient accuser une baisse à « deux chiffres » dans « presque toutes les régions » de la planète, selon l’OMC.

La correction menace d’être particulièrement sévère pour l’Amérique du Nord et l’Asie, dont les exportations pourraient s’effondrer de plus de 40% et 36% respectivement, en retenant l’hypothèse la plus pessimiste des économistes de l’organisation.

L’Europe et l’Amérique du Sud enregistreraient des baisses également supérieures à 30%.

« L’objectif immédiat est de maîtriser la pandémie et d’atténuer les dommages économiques causés aux individus, aux entreprises et aux pays », a déclaré le directeur général de l’OMC, Roberto Azevedo, cité dans le rapport, tout en appelant d’ores et déjà les responsables politiques à « commencer à planifier l’après-pandémie ».

Au total, la crise des échanges mondiaux sera « probablement supérieure à la contraction du commerce causée par la crise financière mondiale de 2008-2009 », prévient l’OMC.

Si les deux épisodes sont « similaires à certains égards », notamment en ce que les gouvernements interviennent massivement pour soutenir entreprises et ménages, ils diffèrent par la nature même de la pandémie et des mesures mises en place pour l’endiguer.

« En raison des restrictions touchant les déplacements et de la distanciation sociale imposées pour ralentir la propagation de la maladie, l’offre de main-d'oeuvre, les transports et les voyages sont aujourd’hui directement touchés », souligne l’OMC.

« Des secteurs entiers des économies nationales ont été fermés, comme l’hôtellerie, la restauration, le commerce de détail non essentiel, le tourisme et une part importante de l’activité manufacturière », ajoute-t-elle.