Les marchés boursiers clôturent en hausse, espérant un plan d’aide américain

Les politiciens américains semblenten voie de s’entendre au sujet d’un plan pour venir en aide à la population pendant la pandémie de la COVID-19.
Photo: Angela Weiss Agence France-Presse Les politiciens américains semblenten voie de s’entendre au sujet d’un plan pour venir en aide à la population pendant la pandémie de la COVID-19.

Les marchés boursiers nord-américains ont rebondi mardi, soutenus par l’espoir de voir le gouvernement américain s’entendre sur un plan d’aide et par la publication de données jugées positives quant à l’épidémie du nouveau coronavirus en Italie.

L’indice composé S & P / TSX de la Bourse de Toronto a gagné 1342,59 points, soit près de 12 %, pour clôturer à 12 571,08 points.

À New York, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a enregistré son plus important gain en une seule séance depuis 1933, s’emparant de 2112,98 points, soit 11,3 %, à 20 704,91 points. L’indice élargi S & P 500 a pris 209,93 points, ou 9,4 %, à 2447,33 points, tandis que l’indice composé du Nasdaq s’est apprécié de 557,18 points, ou 8,1 %, à 7417,86 points.

Ces progressions abruptes sont survenues après quelques séances marquées par la volatilité. Celles-ci ont vu le TSX perdre environ 40 % de sa valeur depuis l’atteinte de sommets records, il y a environ un mois.

« Il faut mettre cela en contexte. Nous avons eu des journées horribles avant aujourd’hui », a observé Natalie Taylor, gestionnaire de portefeuille à la Banque CIBC.

Après deux tentatives infructueuses pour parvenir à un plan de relance de 2000 milliards $ US, le Congrès américain semble être sur le point de s’entendre sur un accord. Un tel soutien viendrait s’ajouter aux baisses de taux d’intérêt opérées par la Réserve fédérale et à son annonce, lundi, de mesures d’assouplissement quantitatif illimité.

« Je pense que certains sont de l’opinion que nous avons observé le début d’une capitulation sur le marché », a affirmé Mme Taylor, se référant à une purge finale de titres de qualité, un élément typique des dernières étapes d’une vente massive.

D’autres signes d’espoir se trouvent dans le fait que le nombre de nouveaux cas confirmés de COVID-19 et de décès commence à diminuer en Italie, ce qui laisse entrevoir des perspectives positives pour l’Amérique du Nord.

« Je pense que c’est un élément positif étant donné les efforts qui ont été déployés pour essayer de contenir les populations et la quarantaine et la distance sociale. Il y a peut-être une lueur d’espoir pour que nous nous trouvions plus près de la fin, et il y a une feuille de route pour d’autres juridictions. »

Cependant, Mme Taylor répugne à dire que le fond a été atteint, étant donné le nombre de fois que les marchés ont chuté après avoir affiché un rebond.

« Donc, je ne vais pas spéculer sur la question de savoir si nous toucherons le fond ou à quoi ressemblera la séance de demain. Je sais simplement qu’après plusieurs journées consécutives de liquidation, il n’est pas inhabituel d’avoir un fort rebond intermédiaire ou une reprise du marché baissier. »

Même s’il existe un contrôle du nombre de cas de coronavirus, les implications à plus long terme restent sérieuses car la plupart des économistes annoncent une récession.

« Je pense que nous allons voir une certaine volatilité à plus long terme et peut-être plus de baisse à court terme avant de nous engager sur cette voie de reprise. »

Sur le marché des devises, le dollar canadien s’est négocié au cours moyen de 69,01 cents US, en baisse par rapport à son cours moyen de 69,05 cents US de la veille.

Les onze secteurs du TSX ont enregistré des hausses substantielles, en particulier ceux de la consommation discrétionnaire, de la finance, des matériaux, des services publics et de l’énergie.

Le groupe de la consommation discrétionnaire a grimpé de 13,6 %, le titre de Magna International ayant pris près de 20 %.

Le secteur de la finance, un poids lourd du parquet torontois, a gagné 13,4 %, soutenu notamment par les actions de Power Corporation du Canada et de la Financière Manuvie, qui ont respectivement gagné 20,5 % et 20,1 %.

Le bond des prix de l’or et du cuivre ont aidé le secteur des matériaux à prendre 12,5 %. Malgré les gains plus modestes du prix du pétrole, le secteur de l’énergie a affiché une croissance de 11,3.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a gagné 65 cents US à 24,01 $ US le baril, tandis que celui de l’or s’est emparé de 93,20 $ US à 1660,80 $ US l’once. Le prix du cuivre a bondi de 7,95 cents US à 2,18 $ US la livre.