Bombardier s'apprête à larguer sa division ferroviaire

Selon des sources anonymes, la française Alstom paierait plus de 7 milliards de dollars américains pour la division.
Photo: Darryl Dyck La Presse canadienne Selon des sources anonymes, la française Alstom paierait plus de 7 milliards de dollars américains pour la division.

En quelques jours, non seulement Bombardier aura confirmé sa sortie de l’aviation commerciale en cédant ce qu’il lui restait dans le programme A220, mais la compagnie quitterait aussi le domaine ferroviaire en vendant sa division Transport à Alstom. Le géant ferroviaire français a confirmé lundi dans un court communiqué qu’il est en pourparlers en vue d’une acquisition possible de Bombardier Transport. La tournure des événements aura pour effet de relancer des questions qui circulaient déjà la semaine dernière, notamment sur les emplois de La Pocatière.

Selon des sources anonymes citées dans The Wall Street Journal, la française Alstom paierait plus de 7 milliards de dollars américains pour la division, qui compte 36 000 employés dans le monde — surtout en Europe — et qui a fait l’objet de discussions en raison des efforts de Bombardier visant à réduire sa dette, chiffrée à 9,3 milliards de dollars américains. Une annonce pourrait avoir lieu dès lundi, a avancé le quotidien new-yorkais.

Comme Bombardier, Alstom tente de se positionner pour mieux affronter la concurrence. Le plus grand fournisseur au monde est le groupe chinois CRRC, qui remporte des contrats non seulement en Asie, mais aussi en Europe et aux États-Unis. Lorsque les médias l’invitent à réagir, Bombardier affirme généralement qu’elle ne commente pas les rumeurs de marché.

Si un accord officiel voyait le jour et qu’Alstom mettait effectivement la main sur Bombardier Transport, spécialisée dans les trains et les systèmes de transport en commun, elle ajouterait à son portefeuille une entité qui a généré des revenus de 8,3 milliards de dollars américains l’an dernier. Le carnet de commandes atteint 36 milliards, mais certains contrats ont été marqués par des retards et des problèmes de qualité, que Bombardier tente de régler. En guise de comparaison, les ventes d’Alstom pour les neuf premiers mois de 2019-2020 ont atteint 6,2 milliards d’euros, ou 8,9 milliards de dollars canadiens.

Emplois

Une transaction aurait cependant pour effet de soulever des questions sur les emplois locaux.

Les usines canadiennes sont situées à Thunder Bay et à la division Transport compte une usine à La Pocatière, qui emploie 365 personnes, dont 205 syndiqués. À l’heure actuelle, le personnel du complexe travaille sur le contrat des voitures Azur pour le métro de Montréal, ce qui procure de l’emploi jusqu’en 2021.

La CSN estime que « la clé de la relance de l’usine de La Pocatière réside en bonne partie dans les mains » du gouvernement Legault. « Il est regrettable d’assister à la déstructuration d’une entreprise bien québécoise », a affirmé dans un communiqué dimanche le président de la centrale, Jacques Létourneau. « L’important aujourd’hui, c’est que le gouvernement utilise tous les leviers dont il dispose pour maintenir des emplois à La Pocatière. Les six projets de tramway et de prolongement du REM actuellement sur la table à dessin au Québec ainsi que la stratégie d’électrification des transports du gouvernement constituent une excellente occasion. »

365
C’est le nombre de personnes que la division Transport de Bombardier emploie dans l’usine de La Pocatière.

La semaine dernière, lorsque la chaîne française BFM a fait état de négociations avancées entre Alstom et Bombardier, le président du syndicat de l’usine de La Pocatière, Claude Michaud, ne souhaitait pas s’avancer sur les conséquences d’un rachat par la compagnie européenne. « Aucune idée. Je ne peux pas spéculer, que ce soit Alstom ou d’autres compagnies. Présentement, on est avec Bombardier », avait-il dit au Devoir.

Historique

L’entrée de Bombardier dans le matériel roulant remonte à 1970 avec l’acquisition de Lohnerwerke, une compagnie autrichienne qui fabriquait notamment des tramways et dont une filiale, ROTAX, produisait des moteurs. Le premier grand contrat de transport en commun est survenu en 1974, Montréal lui ayant confié l’assemblage de 423 voitures de métro. En 2001, Bombardier s’est installé sur la scène internationale avec l’achat du groupe allemand AdTranz, filiale de DaimlerChrysler AG, pour 725 millions de dollars américains.

Il pourrait y avoir des pertes d’emplois s’ils n’arrivaient pas à attirer des clients. Mais ils ont une bonne feuille de route en matière d’obtention de contrats. Je ne vois pas de gros impact ici.

 

Lorsque Bombardier a connu des problèmes financiers en 2015, résultat du développement de la famille C Series, la Caisse de dépôt et placement du Québec a mis 1,5 milliard de dollars américains sur la table pour accéder au capital de la division Transport. Cette participation est de 32,5 %. Selon des informations qui ont déjà circulé, la Caisse ne recevrait pas de l’argent comptant, comme Bombardier, mais des actions d’Alstom.

« La majorité des emplois sont en Europe, et le siège est à Berlin », a mentionné dimanche Karl Moore, professeur à la Faculté de gestion Desautels de l’Université McGill. « Ici, il y a des emplois sur la Rive-Sud [dans la région] de Montréal, où se trouve le siège nord-américain, en plus de La Pocatière et Thunder Bay. Je ne pense pas que ça changerait de façon substantielle. Ces deux sites fonctionnent grâce aux clients canadiens et américains. Il pourrait y avoir des pertes d’emplois s’ils n’arrivaient pas à attirer des clients. Mais ils ont une bonne feuille de route en matière d’obtention de contrats. Je ne vois pas de gros impact ici. »

Chez Bombardier, la semaine dernière a été marquée par la cession de ses dernières parts dans le programme A220, autrefois C Series, auprès d’Airbus et d’Investissement Québec. Cette transaction représente pour la compagnie montréalaise une entrée d’argent de près de 600 millions de dollars américains. Bombardier affirme que son encaisse se situe désormais à 4 milliards de dollars américains, compte tenu de ce que d’autres transactions déjà annoncées apporteront à ses coffres lorsqu’elles seront conclues. Parmi celles-ci figure, par exemple, la vente du programme CRJ à Mitsubishi.

Il va sans dire que toute transaction impliquant la division Transport de Bombardier ferait l’objet d’un examen de la part des autorités en matière de concurrence.

3 commentaires
  • Serge Lamarche - Abonné 17 février 2020 03 h 53

    Bombardier fait-il erreur encore?

    «...une entité qui a généré des revenus de 8,3 milliards de dollars américains l’an dernier.»
    Je ne comprends pas pourquoi Bombardier se débarrasserait d'une division qui fait presqu'autant d'argent en un an que sa dette actuelle. Bombardier est suicidaire?

  • Tristan Roy - Inscrit 17 février 2020 15 h 05

    La fin d'une belle aventure

    Ne pas confondre chiffre d'affaires et dividende. La division ferroviaire peut faire 8,3 milliards de VENTES, ce n'est pas le BÉNÉFICE, qui est sûrement bien moindre, surtout dans ce secteur hyper concurrentiel. Même ici au Québec, Bombardier a perdu des appels d'offre à Alstom à cause des ententes internationales sur les marchés publics. Les paiements sur l'intérêt de la dette peuvent facilement engloutir les bénéfices de cette division.

    Ce que je trouve très triste, c'est qu'en liquidant ses actifs principaux pour payer ses dettes, Bombardier retombe pratiquement à la case départ avec le Challenger et les skidoos... Définitivement la fin d'une belle aventure avec ce démembrement volontaire.

  • Nicole D. Sévigny - Abonnée 17 février 2020 17 h 37

    Merci

    pour toutes ces informations...Mais que vous ont déclaré nos grands manitous de la Caisse de Dépôt et Investissement Québec.?
    Et nos politiciens qui, comme M Fitzgibbons, nous font l'honneur (sic) de nous renseigner "goutte à goutte" ...sans nous expliquer les tenants et aboutissants de cette déconfiture annoncée ...Comment se fait-il qu'un «fleuron» de notre économie québécoise tel Bombardier ait foiré à ce point.? À combien se chiffrent les subventions...et autres "dons" que Nous aurions versés à cette dernière.
    Depuis le jour où la division "produits récréatifs" a été vendue aux Américains..la débandade a commencé !.
    Il y a sûrement un «bilan» à faire...