Mises en chantier: le Québec et Montréal se démarquent

Selon la SCHL, le rythme annualisé des mises en chantier dans les centres urbains a augmenté de 9,8% en janvier pour s’établir à 202 407 unités.
Photo: Jonathan Hayward La Presse canadienne Selon la SCHL, le rythme annualisé des mises en chantier dans les centres urbains a augmenté de 9,8% en janvier pour s’établir à 202 407 unités.

Derrière la stabilité des mises en chantier observée en janvier à l’échelle canadienne se cache une forte activité immobilière au Québec, Montréal en tête.

La tendance canadienne des mises en chantier d’habitations est restée essentiellement stable en janvier. Plus en détail, cette stabilité dans la construction résidentielle a été mesurée à Toronto.

Ailleurs, la baisse observée à Vancouver a été en partie compensée par l’augmentation de l’activité à Montréal, résume la Société canadienne d’hypothèques et de logement.

À l’échelle canadienne, 12 318 mises en chantier d’habitations ont été comptabilisées en janvier, en baisse de 1 % par rapport à janvier 2019. Ces données provisoires se veulent toutefois contrastées, avec le Québec affichant la plus forte augmentation.

La croissance a été de 79 % en un an, passant de 1737 à 3105 habitations. À l’opposé, parmi les grands centres, la Colombie-Britannique ferme la marche avec un recul de 40 %. En Ontario, le repli s’est établi à 2 % dans l’intervalle.

Recul à Toronto et à Vancouver

Parmi les villes plus populeuses, Montréal domine avec un bond de 48 %, à 2107 habitations, Toronto affichant un recul de 21 % et Vancouver, de 50 %.

En données annualisées désaisonnalisées, les mises en chantier de logements étaient de 213 224 au Canada en janvier, en hausse de 5,6 % par rapport à janvier 2019 et de 8,8 % comparativement à décembre, a ajouté l’agence fédérale.

Les gains se sont concentrés dans les logements collectifs, comme les appartements et les copropriétés, qui ont enregistré une augmentation de 13,2 %, tandis que les mises en chantier de maisons individuelles ont reculé de 2,1 % pour s’établir à 55 100.

Par régions, le Québec a enregistré un nombre (annualisé désaisonnalisé) de 72 901 logements mis en chantier en janvier dans les centres urbains, en hausse de 78 %, contre 68 890 pour l’Ontario (- 2 %) et 24 505 pour la Colombie-Britannique (-39 %).

Permis de bâtir

Le contraste s’est maintenu dans les intentions de construction. Selon Statistique Canada, la valeur totale des permis de bâtir délivrés par les municipalités canadiennes a augmenté de 7,4 %, pour s’élever à 8,7 milliards de dollars en décembre.

Au total, cinq provinces ont fait état de hausses, les plus prononcées ayant été enregistrées au Québec, avec une progression de 15,8 % à 2,2 milliards, suivi de l’Ontario, avec une augmentation de 10,5 % pour atteindre 3,4 milliards.

« La valeur totale des permis pour les logements multifamiliaux a augmenté de 15,9 % pour atteindre les 2,9 milliards de dollars en décembre, principalement sous l’effet de grands projets dans les régions métropolitaines de recensement de Montréal et de Vancouver », a ajouté l’agence fédérale de statistiques.

En revanche, la valeur totale des permis délivrés pour les logements unifamiliaux a diminué de 3,2 % pour s’établir à 2,2 milliards de dollars, la baisse la plus prononcée ayant été enregistrée en Ontario.

Pour l’année 2019 dans son ensemble, les municipalités ont délivré des permis de bâtir pour une valeur de 102,4 milliards, en hausse de 2,6 % par rapport à 2018.