L’emploi amorce 2020 en force au Canada

À l’échelle canadienne, le nombre d’emplois à temps plein a augmenté de 35 700, tandis que l’emploi à temps partiel a diminué de 1200.
Photo: Marie-France Coallier Archives Le Devoir À l’échelle canadienne, le nombre d’emplois à temps plein a augmenté de 35 700, tandis que l’emploi à temps partiel a diminué de 1200.

Le marché de l’emploi a démarré 2020 en force au Canada, aidé en cela par une performance remarquée au Québec et en Ontario. La forte poussée de l’emploi à temps plein vient ajouter à la vigueur de fond.

Selon les données de Statistique Canada, l’économie canadienne a créé 34 500 emplois en janvier, faisant reculer le taux de chômage à 5,5 %, contre 5,6 % en décembre. « Le Québec (+19 100) et l’Ontario (+15 900) enregistrent les plus fortes hausses de l’emploi, tandis que l’Alberta (–18 900) présente la plus forte baisse », ajoute l’Institut de la statistique du Québec (ISQ).

L’économiste en chef de la Banque de Montréal, Doug Porter, a estimé que la croissance sous-jacente de l’emploi semblait être sur la bonne voie, après une brève frayeur à la fin de l’année dernière. Il a aussi noté que les conditions du marché restaient serrées, citant des indicateurs récents laissant entendre que l’économie profitait d’un élan sous-jacent décent au début de l’année », a observé M. Porter. Il a ajouté que le salaire horaire moyen en janvier était en hausse de 4,2 % par rapport à il y a un an. « Ce rapport sur la population active est très cohérent, en montrant qu’il y a de sérieuses pressions sur les salaires, ce qui, franchement, est attendu avec un taux de chômage à 5,5 %. »

À l’échelle canadienne, le nombre d’emplois à temps plein a augmenté de 35 700, tandis que l’emploi à temps partiel a diminué de 1200.

5,5 %
C’est le taux de chômage au Canada en janvier, contre 5,6 % en décembre.

Gains au Québec

Au Québec, l’économie a enregistré un gain net de 19 100 emplois en janvier, ce qui a fait reculer son taux de chômage de 0,2 point, passant de 5,3 % à 5,1 %. Il s’approche du creux mensuel historique de 4,7 % atteint en août 2019. « Il s’agit du deuxième gain mensuel d’importance après la correction de 45 100 emplois en novembre 2019 », a noté Hélène Bégin, économiste principale au Mouvement Desjardins. L’emploi à temps plein progresse de 31 200, alors que celui à temps partiel baisse de 12 200, a renchéri l’ISQ.

Par rapport à janvier 2019, l’emploi au Québec s’est accru de 60 300, avec une progression du travail à temps plein de 68 600, alors que celui à temps partiel a reculé de 8300. Pour sa part, le nombre d’emplois au Canada a augmenté de 268 000 comparativement à janvier 2019.

« L’année 2020 débute sur une bonne note au chapitre de la création d’emplois au Québec et en Ontario. Le fait que le nombre de travailleurs additionnels soit surtout à temps plein constitue également une excellente nouvelle. De plus, les nouveaux employés sont plus nombreux dans le secteur privé en janvier, soit 13 400 au Québec et 9300 en Ontario », ajoute Hélène Bégin.

Royce Mendes acquiesce. L’économiste principal à la Banque CIBC a souligné que le rapport sur l’emploi de janvier s’était appuyé sur le gain de décembre, indiquant que le marché du travail s’était peut-être remis dans les derniers mois de ses faiblesses. « Cela dit, d’autres indicateurs de l’économie, en particulier la consommation, ont semblé faibles. Le tableau reste donc très contrasté », a-t-il ajouté.

« Nous devrons attendre que les données sur la rémunération soient publiées. Certains indicateurs d’activité permettront aussi de voir à quel point le ralentissement des dépenses est persistant. »

Avec La Presse canadienne