Le nombre d’experts en cybersécurité à Montréal dépend de la définition utilisée

Des chiffres concernant le domaine de la cybersécurité auraient été gonflés par une méthode de calcul.
Photo: Philippe Huguen Agence France-Presse Des chiffres concernant le domaine de la cybersécurité auraient été gonflés par une méthode de calcul.

Montréal International se défend de grossir la taille du secteur de la cybersécurité dans la région métropolitaine.

Conseiller en cybersécurité et cofondateur du Hackfest, l’un des plus grands événements de piratage informatique au Canada, Patrick Mathieu croyait avoir mal lu. Dans un portrait du secteur montréalais de la cybersécurité réalisé cet automne et amplement cité, vendredi, lors d’un forum organisé par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Montréal International parle de plus de 17 000 experts en cybersécurité à Montréal.

Se fiant aux données accumulées au fil des ans pour son événement, Patrick Mathieu a estimé, mercredi, dans un courriel au Devoir, que le vrai chiffre serait « plus proche de 3000… pour la province, pas pour une ville ! »

Le problème, lui semble-t-il, tient à la méthode de calcul employée par Montréal International et qui comptabilise le nombre de personnes qui affirment avoir certaines compétences clés sur la plateforme Internet LinkedIn. « Certains termes sont tellement génériques que cela peut rejoindre la majorité des travailleurs en technologie de l’information. »

Question de définitions

Loin d’être parfait, le recours à LinkedIn est le mieux que l’on ait trouvé face au défi de dresser le portait « le plus rigoureux et concret possible de ce secteur très niché sur lesquels aucune donnée statistique officielle n’est disponible », a expliqué en entrevue téléphonique au Devoir Francis Bouchard, directeur, Stratégie et affaires économiques, à Montréal International.

Choisies avec l’aide d’entreprises réputées du secteur, la soixantaine de compétences clés utilisées dans la recherche correspondent, il est vrai, à une définition plus large de l’expertise en cybersécurité « que les seuls experts techniques dans les sociétés spécialisées », poursuit-il. Mais « ce profil plus large correspond aussi à la demande des entreprises étrangères intéressées à investir ici ».

Citant d’autres études, dont l’une qui établit à 84 000 le nombre d’experts en cybersécurité au Canada, le professeur et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en cybersécurité de l’Université de Montréal, Benoît Dupont, ne croit pas non plus que les chiffres de Montréal International soient gonflés. Mais tout dépend de ce qu’on entend par experts du domaine, a-t-il observé dans un courriel au Devoir.