La croissance américaine plus lente que ce qu’avait promis Donald Trump

Le conseiller économique de la Maison-Blanche, Larry Kudlow, qualifie l'économie américaine de «fondamentalement saine».
Photo: Drew Angerer Getty Images Agence France-Presse Le conseiller économique de la Maison-Blanche, Larry Kudlow, qualifie l'économie américaine de «fondamentalement saine».

La croissance des États-Unis est allée moins vite que ce qu’avait promis Donald Trump en 2019, les entreprises ayant freiné leurs investissements à cause de la guerre commerciale déclenchée par le président avec la Chine.

La croissance du PIB de la première économie du monde a ralenti à 2,3 % en rythme annuel contre 2,9 % en 2018, selon une estimation préliminaire du département du Commerce publiée jeudi. La croissance reste solide — notamment comparée à celle des grands pays européens —, mais elle demeure loin de l’objectif de 3 % visé par Donald Trump.

Outre le ralentissement des investissements des entreprises (+2,1 % contre +6,4 %), la crise du 737 MAX de Boeing, gros contributeur du commerce extérieur, a plombé les exportations américaines qui sont restées inchangées après une hausse de 3 % enregistrée en 2018. Cet avion vedette du constructeur américain a été cloué au sol en mars 2019 par les autorités de sécurité aérienne du monde entier à la suite de deux accidents. Boeing a dû cesser les livraisons. Et depuis janvier, la production de cet aéronef a été suspendue pour une durée indéterminée, ce qui devrait amputer la croissance au premier trimestre 2020.

« C’est une économie fondamentalement saine », a déclaré le conseiller économique de la Maison-Blanche, Larry Kudlow, sur Fox News Business, notant que le taux de chômage était au plus bas depuis 50 ans. Il a rappelé que la grève historique chez General Motors à l’automne avait aussi eu un impact sur la croissance et reconnu que la guerre commerciale avait créé de l’incertitude, minant la confiance des entreprises.

Au rang des bonnes nouvelles, les dépenses des ménages, locomotive traditionnelle de la croissance puisqu’elles représentent 70 % du PIB américain, sont restées soutenues (+2,6 %) en 2019, quoique moins fortes qu’en 2018 (+3 %). Même tendance pour les dépenses du gouvernement, qui ont augmenté de 2,3 % contre 3,5 % en 2018.

En 2020

La modération de la croissance américaine est attendue en 2020 par les économistes du Fonds monétaire international (FMI). Ces derniers expliquent depuis longtemps que les effets de la réforme fiscale entérinée fin 2017 vont s’estomper. La réalisation de l’objectif de 3 % de croissance économique de l’hôte de la Maison-Blanche pourrait ainsi s’avérer difficile avant l’élection de novembre.

L’année 2020 avait plutôt bien commencé pour l’économie américaine puisque Washington est parvenu à faire une pause dans la guerre commerciale avec Pékin, en signant un accord commercial. Mercredi, Donald Trump a en outre promulgué le nouvel accord de libre-échange avec le Canada et le Mexique. « Ce sont manifestement des développements positifs », a dit mercredi le président de la Fed, Jerome Powell. « Ces accords doivent être mis en oeuvre », a-t-il toutefois ajouté.

La Chine s’est engagée à acheter pour 200 milliards de dollars de biens américains supplémentaires. Mais c’était avant l’épidémie du nouveau coronavirus. Le nouveau coronavirus en Chine est « un problème très grave » qui crée de l’incertitude pour les perspectives économiques mondiales, a d’ailleurs averti Jerome Powell.