Les dépenses des pétrolières repartent en hausse au Canada

Selon l’ACPP, l’investissement en immobilisations pour le pétrole et le gaz naturel hors sables bitumineux pour 2020 devrait atteindre 25,4 milliards.
Photo: Larry MacDougal La Presse canadienne Selon l’ACPP, l’investissement en immobilisations pour le pétrole et le gaz naturel hors sables bitumineux pour 2020 devrait atteindre 25,4 milliards.

Les dépenses dans le secteur du pétrole et du gaz naturel devraient augmenter d’environ 2 milliards cette année, après avoir diminué pendant quatre des cinq dernières années.

L’Association canadienne des producteurs pétroliers (ACPP) s’attend à observer une augmentation d’environ 6 % dans le secteur de l’énergie en amont, par rapport à l’an dernier, pour un total d’environ 37 milliards. Ce montant est environ inférieur de moitié à ce qu’il était en 2014, lorsque les niveaux d’investissement ont atteint 81 milliards.

Le « principal moteur » du bond des dépenses est l’amélioration de l’environnement économique en raison des politiques du gouvernement provincial, ainsi que l’optimisme croissant vis-à-vis de la construction d’une nouvelle capacité de pipelines d’exportation, a expliqué l’ACPP. L’Association énumère les mesures prises par l’Alberta pour réduire les taux d’imposition des sociétés et assouplir les niveaux de réduction de la production de pétrole, ainsi que l’efficacité de la réglementation de la Saskatchewan et son objectif récent visant à augmenter la production de pétrole de 25 % d’ici 2030.

 
8 %
C’est la hausse des dépenses projetée pour les sables bitumineux en 2020, selon l’Association canadienne des producteurs pétroliers. Il s’agirait de leur première augmentation en cinq ans.

Selon l’ACPP, l’investissement en immobilisations pour le pétrole et le gaz naturel hors sables bitumineux pour 2020 devrait atteindre 25,4 milliards, en hausse de 4 % par rapport aux 24,4 milliards estimés l’an dernier. Les dépenses pour les sables bitumineux devraient s’établir à 11,6 milliards en 2020, en hausse de 8 % par rapport aux 10,7 milliards estimés en 2019. Il s’agirait en outre de leur première augmentation en cinq ans.

L’ACPP estime que les 2 milliards supplémentaires en dépenses en immobilisations créeront ou maintiendront environ 11 800 emplois directs et indirects au Canada, dont 8100 en Alberta.