Québec veut «fermer» l’écart de richesse avec le Canada

Le poids de la fiscalité n’a cessé d’augmenter au Québec, pour représenter 38,6% du PIB en 2018, selon la plus récente édition du «Bilan de la fiscalité au Québec».
Photo: iStock Le poids de la fiscalité n’a cessé d’augmenter au Québec, pour représenter 38,6% du PIB en 2018, selon la plus récente édition du «Bilan de la fiscalité au Québec».

La réduction, voire la « fermeture », de l’écart de richesse entre le Québec, l’Ontario et le Canada est la priorité du ministre des Finances Eric Girard.

Conférencier au lancement de l’édition 2020 du Bilan de la fiscalité au Québec, préparé par la Chaire de recherche en fiscalité et en finances publiques de l’École de gestion de l’Université de Sherbrooke, Eric Girard a présenté les grands thèmes des prochaines consultations prébudgétaires.

Outre les priorités du gouvernement, le ministre des Finances aimerait recevoir des suggestions sur les mesures environnementales qui auraient le plus d’impacts sur les émissions de GES. Ainsi que sur les moyens d’accroître la compétitivité et la productivité des entreprises, tout en signalant qu’une fois l’impôt, les taxes sur la masse salariale et les crédits d’impôt pris en compte, les entreprises québécoises restent les « championnes » des entreprises les plus taxées au Canada.

Enfin, il posera la question du rôle du Fonds des générations une fois atteintes les cibles d’endettement du Québec, qu’il prévoit pour 2024. Avec, dit-il en conclusion, pour objectif de « fermer » l’écart de richesse avec l’Ontario et le Canada. « Éducation, accroissement des investissements des entreprises, augmentation de la participation au travail et réduction de la dette » sont les vecteurs, résume-t-il.

Luc Godbout, titulaire de la Chaire de recherche, a enchaîné en présentant les principaux tableaux de la dernière édition du Bilan de la fiscalité au Québec. On indique d’entrée de jeu, dans ce document de quelque 150 pages, que le poids de la fiscalité n’a cessé d’augmenter au Québec, pour représenter 38,6 % du PIB en 2018. Le taux de pression fiscale a augmenté depuis le creux de 36,2 % en 2008 pour revenir à son niveau de 2001. « En 2018, le Québec avait toujours le poids le plus élevé de la fiscalité des dix provinces canadiennes. » À l’opposé, ce sont les trois provinces pétrolières, Alberta en tête, qui affichent le poids le plus faible.

À l’international, en comparaison avec les 36 pays membres de l’OCDE, le Québec se classe au 12e rang. « Le poids de la fiscalité au Québec a, depuis 1981, toujours été plus élevé que pour la moyenne des pays du G7 et pour celle des pays de l’OCDE. Il se rapproche davantage des taux observés dans les pays européens que de ceux des voisins nord-américains, y compris ceux du Canada sans le Québec », fait-on ressortir.

Contribuables et inégalités

Pour les contribuables, le Québec se rattrape toutefois sur le thème des inégalités de revenus. S’inspirant du coefficient de Gini calculé sur la base du revenu disponible, le Québec se classe au 14e rang sur 37 lorsqu’ajouté à la liste des pays membres de l’OCDE. Une comparaison canadienne révèle que « les inégalités seraient plus faibles au Québec qu’au Canada dans son ensemble depuis 1976 ».

Lorsque ce coefficient mesuré sur les revenus de marché (avant impôts et transferts) est comparé à celui obtenu sur les revenus disponibles (après impôts et transferts), l’effet des interventions gouvernementales se traduit par une réduction de 34,2 % des inégalités des revenus de marché au Québec, « un résultat supérieur à celui de la moyenne des pays de l’OCDE (32,8 %) et à celui du Canada (29,6 %) ».

Le 1 %

Quant au fameux 1 %, la Chaire parle d’un portrait hétérogène des contribuables composant ce segment privilégié. Le seuil de revenus à partir duquel un individu fait partie de ce groupe va de 179 500 $ au Nouveau-Brunswick à 319 700 $ en Alberta. Au Québec, ce seuil se situe à 220 100 $. « La proportion des impôts (fédéral et de la province) payés par cette population varie de 12,6 % à l’Île-du-Prince-Édouard à 24 % en Ontario. Le taux du Québec (18,8 %) se situe sous la moyenne canadienne (21,3 %). » Cette part est aussi moins élevée au Québec qu’en Ontario (24 %), et moitié moins élevée qu’aux États-Unis (38,5 %). « Toutefois, la part des revenus détenue par ce même groupe du 1 % y est aussi plus faible (10,1 % au Québec, 12,3 % en Ontario et 21,4 % aux États-Unis) », lit-on.