À l'abri de ses créanciers, Nemaska Lithium traîne des dettes de 161 millions

Nemaska Lithium, dans laquelle Québec a injecté 130 millions, avait décidé de se placer à l’abri de ses créanciers le 23 décembre dernier afin de continuer à se pencher sur le financement de son projet de mine et d’usine de transformation de lithium.
Photo: Nemaska Lithium Nemaska Lithium, dans laquelle Québec a injecté 130 millions, avait décidé de se placer à l’abri de ses créanciers le 23 décembre dernier afin de continuer à se pencher sur le financement de son projet de mine et d’usine de transformation de lithium.

Il n’y a pas que les actionnaires de Nemaska Lithium, parmi lesquels figure l’État québécois, qui risquent d’essuyer des pertes si l’entreprise actuellement à l’abri de ses créanciers ne parvient pas à relancer ses activités, étant donné qu’elle traîne des créances d’environ 161 millions.

Ces données figurent dans un rapport récemment mis en ligne par PricewaterhouseCoopers — le contrôleur au dossier.

De plus, dans le cadre d’une décision rendue mardi par le juge Louis Godin de la Cour supérieure du Québec, Nemaska Lithium a obtenu un délai, jusqu’au 14 février, afin de continuer à peaufiner son plan de restructuration. La compagnie, dans laquelle Québec a injecté 130 millions, avait décidé de se placer à l’abri de ses créanciers le 23 décembre dernier afin de continuer à se pencher sur le financement de son projet de mine et d’usine de transformation de lithium, au terme de négociations exclusives n’ayant pas abouti avec la firme londonienne Groupe Pallinghurst.

Il n’a pas été possible, jeudi, de parler au président et chef de la direction de l’entreprise, Guy Bourassa. Dans une déclaration transmise par courriel, il a toutefois réitéré vouloir « mener à terme le développement du projet ».

Environ 41,5 millions des créances de Nemaska Lithium, qui concernent quelque 210 fournisseurs, ne sont pas garanties. Parmi les créanciers garantis, on retrouve Orion Resource Partners, à qui Nemaska Lithium doit environ 98 millions. Québec est le plus important actionnaire de Nemaska Lithium avec une participation d’environ 13 % par l’entremise d’Investissement Québec.

Parallèlement, l’entreprise est toujours impliquée dans un litige judiciaire avec des créanciers obligataires qui détiennent des obligations de 350 millions. Selon le fiduciaire, Nemaska Lithium devrait payer une pénalité de 93 millions $US. Cette cause reviendra devant le tribunal le mois prochain.