Réorganisation chez Provigo: 775 emplois touchés

Seule la distribution des aliments frais et congelés, qui concerne 550 travailleurs à Boucherville, n’est pas touchée par le regroupement et l’automatisation décidés par la direction.
Photo: David Afriat Le Devoir Seule la distribution des aliments frais et congelés, qui concerne 550 travailleurs à Boucherville, n’est pas touchée par le regroupement et l’automatisation décidés par la direction.

Provigo regroupera la distribution de produits non périssables à partir d’un centre automatisé installé à Cornwall quelque part vers la fin de 2021. Les entrepôts de Laval et d’Ottawa seront fermés, une décision touchant 545 et 230 emplois respectivement.

Le syndicat des Travailleurs unis de l’alimentation et du commerce (TUAC) a été informé lundi. L’annonce a été faite aux employés concernés mardi matin. La Compagnie Loblaw concentrera la distribution québécoise et ontarienne des produits non périssables de Provigo, Maxi, Loblaw et Shoppers Drug Mart — qui exploite les Pharmaprix au Québec — dans un centre de distribution entièrement automatisé érigé à Cornwall. Le centre de distribution de Provigo situé à Laval sera fermé, touchant quelque 545 employés. L’entrepôt d’Ottawa subira le même sort, ce qui touchera 230 emplois. La décision ne concerne pas le centre de distribution des aliments frais et congelés de Boucherville, où travaillent 550 personnes.

« Nous nous retrouvons face à une page blanche », commente Roxane Larouche, porte-parole des TUAC Québec. La convention collective prenait fin le 1er février. « Nous aurons plutôt à négocier les questions liées à la fin d’emploi, aux primes de départ, aux possibilités de relocalisation vers les autres entrepôts de Provigo. On ose espérer que Provigo saura se montrer bonne entreprise citoyenne. »

« Nous entamerons sous peu des négociations avec le syndicat, afin d’établir des plans de transition et de proposer des solutions, ce qui inclut une période de transition longue de deux ans et du soutien pour ceux qui souhaiteraient explorer de nouvelles possibilités au sein de Loblaw ou ailleurs à l’intérieur de notre vaste réseau », a souligné pour sa part la directrice principale de la compagnie pour le Québec, Johanne Héroux, dans un texte de La Presse canadienne.

« Ce n’est évidemment pas une bonne nouvelle, indique Roxane Larouche. Nous sommes dans l’hypothétique pour la suite des choses et, outre la fermeture, nous n’avons pas d’indication quant aux intentions de l’entreprise. En revanche, nous évoluons dans un contexte de rareté de main-d’oeuvre. » S’ajoute l’attrition. « Il y a donc place pour finir l’histoire de façon positive. » Et la porte-parole syndicale de souligner : « La loi demande huit semaines, ils nous donnent deux ans. Nous avons du temps devant nous. Nous allons tout faire pour minimiser les effets négatifs de cette décision. »

Provigo fait ici écho à une tendance dans l’industrie de s’en remettre à l’automatisation de la distribution. Metro le fait, également en Ontario. Sobeys aussi, l’exploitant de l’enseigne IGA ayant toutefois choisi de maintenir ses activités centralisées au Québec. Roxane Larouche ne sait pas pour Metro, mais en ce qui concerne Sobeys, tous les emplois touchés n’ont pas été perdus, le centre robotisé de Terrebonne abritant présentement 193 membres TUAC.