La croissance américaine confirme sa solidité

La consommation, locomotive traditionnelle de la croissance du PIB américain, a avancé bien vite que prévu.
Photo: Philip Pacheco Getty Images / Agence France-Presse La consommation, locomotive traditionnelle de la croissance du PIB américain, a avancé bien vite que prévu.

La croissance de l’économie américaine a été confirmée à 2,1 % au troisième trimestre, un rythme plutôt soutenu tiré par la consommation des ménages, tandis que la dégradation des investissements des entreprises s’est avérée moins importante que ce qui avait été annoncé.

La consommation, locomotive traditionnelle de la croissance puisqu’elle représente 70 % du PIB américain, a finalement avancé bien plus vite (+3,2 %, contre les 2,9 % estimés précédemment), avec une forte hausse (+8,1 %) des dépenses dans les biens durables, comme les équipements électroménagers. Les investissements des entreprises, qui avaient reculé de 2,7 % selon la deuxième estimation, n’ont finalement décliné que de 2,3 %. Les entreprises ont tardé à prendre des décisions en matière d’investissements en raison des frictions commerciales avec la Chine, en particulier au mois de septembre quand le gouvernement Trump a imposé de nouveaux droits de douane punitifs sur les biens chinois.

À 2,1 %, le rythme de croissance est plus rapide qu’au deuxième trimestre (+2 %), mais moins qu’au premier (+3,1 %). La première estimation du dernier trimestre sera publiée le 30 janvier.

2,1%
C’est la croissance de l’économie américaine au troisième trimestre.

Pour l’heure, l’économie des États-Unis est dans sa 11e année de croissance et elle affiche une santé bien meilleure que celle des autres pays industrialisés. En outre, le marché du travail a encore surpris les économistes par sa vitalité en novembre, avec la création de 266 000 emplois et un taux de chômage à nouveau au plus bas depuis un demi-siècle, à 3,5 %.

Projections de la Fed

Ces éléments ont conduit la Banque centrale américaine à maintenir la semaine dernière ses projections de croissance : +2,2 % cette année, 2 % en 2020, 1,9 % en 2021. « Notre perspective économique demeure favorable malgré les développements et les risques toujours présents », avait commenté le président de la Fed, Jerome Powell, en référence notamment aux tensions commerciales ainsi qu’au ralentissement en Chine et en Europe.

Depuis, Pékin et Washington ont annoncé une trêve dans leur guerre commerciale avec la signature d’un accord commercial annoncée pour début janvier.