L’inflation rebondit au pays

Les prix de l’essence ont grimpé de 0,9% d’une année à l’autre, alors qu’ils avaient reculé de 6,7 % en octobre.
Photo: Christopher Katsarov La Presse canadienne Les prix de l’essence ont grimpé de 0,9% d’une année à l’autre, alors qu’ils avaient reculé de 6,7 % en octobre.

La cadence annuelle de l’inflation a accéléré en novembre, les prix de l’essence ayant affiché leur première augmentation d’une année à l’autre depuis octobre 2018, a indiqué mercredi Statistique Canada.

L’indice des prix à la consommation a augmenté de 2,2 % par rapport à l’an dernier, mettant ainsi fin à une séquence de trois mois pendant laquelle l’inflation est restée stable à 1,9 %, a souligné l’agence fédérale.

Cette hausse de l’inflation était notamment attribuable à une hausse de 1,5 % des prix de l’énergie en novembre, par rapport à il y a un an. Il s’agissait de leur première progression depuis avril. En octobre, ils avaient diminué de 2,9 % sur 12 mois.

Josh Nye, économiste principal de la Banque Royale, a souligné que les prix du pétrole avaient reculé en novembre de l’année dernière. « Le fait que cela ne se soit pas répété en novembre signifie que la croissance des prix de l’énergie est redevenue positive », a-t-il dit, notant que l’inflation restera probablement supérieure à 2 % à court terme en raison de la baisse des prix de l’essence de l’an dernier.

 
2,2%
C’est la hausse de l’indice des prix à la consommation par rapport à l’an dernier.

Les Canadiens ont également vu les prix de la viande augmenter de 5,2 % par rapport à il y a un an — ceux-ci enregistraient ainsi un cinquième mois consécutif de hausses égales ou supérieures à 4 %.

Cependant, M. Nye a souligné que les tendances sous-jacentes de l’inflation semblaient se raffermir, puisque la moyenne des mesures de base de l’inflation a atteint leur cadence la plus élevée en une décennie. En excluant l’essence, qui avait pesé sur l’inflation globale au cours des derniers mois, l’indice des prix à la consommation a augmenté de 2,3 % par rapport à il y a un an, égalant sa hausse d’octobre.

La moyenne des trois mesures canadiennes de l’inflation de base, qui sont considérées comme de meilleurs indicateurs des pressions sous-jacentes sur les prix, a atteint 2,17 %, par rapport à une valeur révisée de 2,1 % pour octobre. Ces indicateurs sont surveillés de près par la Banque du Canada lorsqu’elle révise sa politique monétaire.

Lorsque la banque centrale a décidé de maintenir son taux d’intérêt directeur à 1,75 % plus tôt ce mois-ci, elle a expliqué qu’elle s’attendait à ce que l’inflation augmente temporairement au cours des prochains mois en raison des variations des prix de l’essence d’une année à l’autre. Cependant, elle avait alors indiqué qu’elle continuait de s’attendre « à ce que l’inflation reste proche de la cible de 2 % au cours des deux prochaines années ».

Royce Mendes, un économiste principal de la Banque CIBC, a estimé que la Banque du Canada ne devrait pas être pas trop préoccupée par une inflation globale dépassant les 2 % pendant quelques mois, étant donné que cela est en grande partie le résultat d’éléments observés l’an dernier. « Cependant, si les mesures de base s’accélèrent encore, les décideurs politiques pourraient commencer à prendre davantage en compte les prix à la consommation, ce qu’ils n’ont pas eu à faire étant donné que l’inflation est restée si régulièrement près de l’objectif de la banque centrale », a écrit M. Mendes dans un rapport.

À l’échelle régionale, la croissance annuelle des prix s’est accélérée en novembre, par rapport à octobre, dans toutes les provinces sauf en Colombie-Britannique.