Les frères Desmarais quittent les commandes de Power Corporation

Paul Desmarais fils, âgé de 65 ans, demeure président du conseil d’administration et André Desmarais, 63 ans, demeure président délégué.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Paul Desmarais fils, âgé de 65 ans, demeure président du conseil d’administration et André Desmarais, 63 ans, demeure président délégué.

La famille prend ses distances de la gestion quotidienne, mais demeure aux commandes du conseil d’administration et de l’entreprise. Vingt-trois ans après avoir été nommés co-chefs de la direction pour succéder à leur père, Paul Desmarais fils et André Desmarais ont annoncé leur retraite de Power Corporation vendredi tout en proposant de simplifier la structure de l’empire financier afin de répondre aux demandes des actionnaires.

La personne choisie pour occuper le poste de président et chef de la direction n’est pas un autre membre de la famille fondatrice, mais plutôt Jeffrey Orr, un homme méconnu du grand public qui joue pour les frères un rôle de bras droit indispensable depuis des années au sein de l’organisation.

Recruté dans le monde bancaire pour se faire offrir la direction de la filiale IGM en 2001, M. Orr tient depuis 2005 les rênes de la Financière Power, un poids lourd au sein duquel se trouvent des compagnies comme Great-West, London Life, Canada Vie et Placements Mackenzie.

Paul Desmarais fils, âgé de 65 ans, demeure président du conseil d’administration, tandis qu’André Desmarais, 63 ans, demeure président délégué. Depuis quelques années, Paul Desmarais III et son cousin, Olivier Desmarais (fils d’André), tous deux dans la trentaine, ont gravi les échelons de la société au point d’être chacun nommé premier vice-président. Le patriarche, Paul Desmarais, est décédé en 2013 à l’âge de 86 ans.

« M. Orr a joué un rôle déterminant dans la croissance et le renforcement des activités de [la Financière] pendant près de deux décennies, et nous nous réjouissons de continuer à travailler avec lui pour réaliser notre vision commune de créer de la valeur pour les actionnaires », a affirmé Paul Desmarais fils.

Réorganisation

La réorganisation touchant la Financière Power, contrôlée par Power Corporation et inscrite en Bourse elle aussi, aura pour effet de concentrer les activités financières sous un même toit. Ainsi, pour chaque action qu’ils détiennent, les actionnaires minoritaires de la Financière recevront 1,05 action de Power à droit de vote limité et 0,01 $ en argent comptant. Power estime que ce qui est offert aux actionnaires de la Financière vaut 4,50 $ par action, soit une hausse de 11 %. Les actionnaires seront appelés à voter sur la transaction.

Cette opération vise à abolir la « structure actuelle comportant deux sociétés de portefeuille » et consolidera la propriété des sociétés de services financiers. Ceci devrait réduire les coûts de 50 millions par année. Au terme de la réorganisation, le contrôle de Power Corporation demeurera entre les mains de Pansolo Holding, une société de portefeuille elle-même contrôlée par « la Fiducie familiale résiduaire Desmarais ».

« La réorganisation est une étape naturelle qui reflète notre évolution, alors que nous passons de société de portefeuille diversifiée à société principalement axée sur les services financiers », a affirmé André Desmarais. « Au fil du temps, la Financière est devenue une composante de plus en plus importante de Power Corporation, a précisé M. Orr lors d’une conférence téléphonique avec des analystes. Et nous avons entendu le message des actionnaires des deux compagnies selon lequel ils voulaient une structure plus simple. »

Power a également l’intention d’augmenter le dividende sur ses actions de 10 %, à 44,75 ¢ par action. Le titre de Power a bondi de 8 %, à 34,42 $, vendredi à la Bourse de Toronto, revenant plus ou moins à son niveau de 2015. Quant à celui de la Financière, il a grimpé de 10 %, à 36,02 $.

La réorganisation survient sept mois après un rachat d’actions de plusieurs milliards auprès des actionnaires de Power Corporation, de Great-West et de la Financière.

Transition

Aux yeux d’Yvan Allaire, président exécutif du conseil de l’Institut sur la gouvernance des organisations privées et publiques (IGOPP), « les deux frères passent de gestionnaires à gouverneurs, ce qui, dans les entreprises contrôlées par les familles, est une sage évolution ». Que le choix s’arrête sur M. Orr est « un peu inévitable », a-t-il dit en soulignant son cheminement au sein de la Financière Power.

Les sociétés contrôlées par le groupe Power comptent environ 30 000 employés. La compagnie, dont les actifs se chiffrent à 472 milliards, a enregistré des revenus de 48 milliards en 2018 et généré un bénéfice net de 1,3 milliard. Power est aussi actionnaire à 50 % du Groupe Bruxelles Lambert (GBL), dont elle est actionnaire à 50 %. GBL a des participations dans Adidas, Pernod-Ricard, Total et LafargeHolcim, entre autres.